Le Cameroun, désigné pays hôte de la Coupe d’Afrique des nations (CAF) 2019, doit faire des efforts supplémentaires s’il veut abriter la prochaine édition de la grande fête du football africain, a laissé entendre le président de la Confédération africaine de football (CAF).

« Entre le rapport de la Commission d’inspection et le cahier des charges, il y a un déficit énorme », a déclaré le président de la CAF, répondant à une question sur le sujet, vendredi en conférence de presse, à Casablanca (Maroc).

Une commission d’inspection a visité le Cameroun en janvier et son rapport doit être déposé au Comité exécutif de la CAF, a ajouté le président Ahmad qui a animé une conférence de presse après la tenue de la 40-ème assemblée générale de la CAF.

Au sujet de la CAN 2019, le président de la CAF a expliqué que l’instance qu’il dirige veut « une CAN meilleure » et pour cela le pays hôte doit être bien doté en stades, en hôpitaux, en infrastructures routières et en aéroports.

Le président Ahmad qui dit refuser de verser dans la polémique, a laissé entendre que des « gens mentent délibérément » au sujet de la tenue de l’édition 2019.

En juillet dernier, l’instance dirigeante du football africain a pris un certain nombre de mesures quant à l’organisation de la compétition phare du continent en portant le nombre de pays qualifiés de 16 à 24 et organisant la compétition en juin et non plus en janvier.

Le Malgache Ahmad Ahmad a été élu en mars 2017 à la présidence de la CAF en remplacement du Camerounais Issa Hayatou qui a dirigé l’instance de 1988 à 2017.

Laisser un commentaire