Ces entraîneurs qui se haïssent + les huit entraîneurs qui ont inspiré Jocelyn Gourvennec

0
2
77 / 100

De Suaudeau à Gourcuff, les huit entraîneurs qui ont inspiré Jocelyn Gourvennec. Entraîneur depuis 2010, passé par La Roche-sur-Yon, Guingamp et Bordeaux, l’ancien numéro 10 évoque les techniciens qui ont fait de lui le coach qu’il est aujourd’hui au LOSC, qui reçoit Séville ce soir en Ligue des champions. Ces entraîneurs qui se haïssent…

,Jocelyn Gourvennec, entraîneur ,lille,france,LOSC, inspiré , entraîneurs ,Foot ,Lille,football,

Jocelyn Gourvennec, l’entraîneur du LOSC, inspiré par 8 entraîneurs 

Avant sa séance, au coeur de la dernière trêve internationale, Jocelyn Gourvennec avait expliqué le matin à l’un de ses joueurs ce qu’était son travail depuis trois mois à la tête des Dogues et discuté avec les éducateurs de la réserve du LOSC.

Amine Gouiri, par les entraîneurs qui l'ont construit
Amine Gouiri, par les entraîneurs qui l’ont construit

Sur les bancs depuis 2008, à La Roche-sur-Yon, il a pris le temps d’évoquer les entraîneurs qui l’ont influencé.

« Dès que j’ai commencé en pro à 16 ans (Lorient, 1988), j’ai eu ça en tête, devenir entraîneur. Mes parents, enseignants, aimaient leurs élèves, aimaient transmettre, gérer une classe, avoir des idées pour la pédagogie. »

Ces entraîneurs qui se haïssent

Huit entraîneurs ont inspiré Jocelyn Gourvennec, l'entraîneur du LOSC
Huit entraîneurs ont inspiré Jocelyn Gourvennec, l’entraîneur du LOSC

1/8 – Mourinho – Wenger

L’image a déjà fait le tour du monde et vient s’ajouter à l’armoire à disputes déjà bien remplie de José Mourinho.

Mourinho – Wenger
Mourinho – Wenger

A la 21e minute de jeu ce dimanche (victoire de Chelsea 2-0), le technicien de Chelsea se plaint auprès du 4e arbitre d’une décision relative à un violent tacle de Cahill sur Sanchez. N’en pouvant plus des jérémiades du Portugais, Wenger sort de sa surface technique -en même temps que de ses gonds- et vient bousculer son adversaire.

Le zénith d’une histoire de haine longue de près de dix ans entre les deux hommes et qui est passée par plusieurs stades dont le célèbre « Wenger est un voyeur » d’un côté et « Mourinho est stupide » de l’autre, jusqu’au fameux « Wenger est un spécialiste de l’échec » de Mourinho en février dernier. Match retour le 25 avril prochain.

AFP

2/8 – Ferguson – Wenger

« C’est un novice et il devrait garder ses opinions pour le football japonais. » Vlan, dans tes dents Wenger !

Ferguson – Wenger
Ferguson – Wenger

Voilà comment le Français a été accueilli par Alex Ferguson à son arrivée en Angleterre en 1997. Le début d’une saga de feu et de glace qui durera jusqu’à ce qu’Arsenal cesse d’être un concurrent crédible à Manchester United et que le désamour entre les deux techniciens se transforme en une sorte de respect mutuel. Ou d’entente cordiale.

AFP

3/8 – Ferguson – Benitez

Rafael Benitez a réussi une prouesse d’anthologie : être détesté par Mourinho et Ferguson en même temps.

Ferguson – Benitez
Ferguson – Benitez

Premier exploit, le coup porté au boss écossais en 2009 quand, lors d’une conférence de presse, il sort de sa poche une feuille A4 résumant des « faits » concernant l’attitude de Fergie.

La tirade de Benitez est motivée par une réflexion désagréable de l’entraîneur de MU sur le calendrier. A l’époque à la tête de Liverpool, l’Espagnol contre-attaque et balance donc méchamment sur son homologue. Qui ne lui pardonnera jamais, allant même le qualifier de vainqueur « chanceux » dans son dernier livre.

AFP

4/8 – Mourinho – Benitez

Mourinho ? Ça faisait longtemps. Mais lorsqu’on porte le « moi contre le reste du monde » aussi souvent à son paroxysme, on ne peut éviter de se faire quelques ennemis.

mourinho-benitez1
mourinho-benitez1

D’abord avec le coach des Reds, Benitez, traité par Mourinho comme tout adversaire digne de considération c’est à dire avec mépris. Une attitude qui n’a pas plu au technicien espagnol. « Moi et José étions très bons amis avant que Liverpool ne commence à battre Chelsea » résume même Benitez.

Au rayon des (mauvais) souvenirs on retrouve ces deux perles : – Benitez : « Mourinho parle beaucoup et de beaucoup de gens, mais je préfère parler des faits. A Liverpool, avec une équipe deux fois moins chère que la sienne, nous avons éliminé son Chelsea deux fois de la Ligue des champions.

mourinho-benitez-4
mourinho-benitez-4

Plus tard, avec un Real Madrid encore plus cher, il n’a rien fait non plus ». – Mourinho : « Combien de Premier Leagues Benitez a-t-il gagné depuis son arrivée ? Aucune. Et combien de noms ont été suggérés par la presse pour le remplacer ? Aucun. »

AFP

5/8 – Mourinho – Guardiola

On peut avoir plein d’ennemis, mais il faut toujours, toujours, en détester un plus que les autres. Dans la longue collection de Mourinho trône, tout en haut de son échelle du mépris, la photo de Pep Guardiola, qu’il semble réellement haïr de tout son être.

Mourinho – Guardiola
Mourinho – Guardiola

Pourtant, les deux ont commencé sous Louis van Gaal au Barça et, de l’aveu du technicien néerlandais, ne se détestaient pas du tout à l’époque. Pire, Mourinho était même fan du joueur Guardiola qui, « avec la balle est l’un des meilleurs au monde », comme il le disait à l’époque. Mais le Barça n’a pas voulu du Portugais après son succès à Porto et à Chelsea et ça, il ne l’a jamais oublié. Pendant qu’il parcourait l’Europe en empilant les trophées, Guardiola, le fils préféré, accédait à la tête de l’équipe première sans jamais avoir entraîné un club pro auparavant. Après avoir sorti Barça pour gagner la C1 avec l’Inter, Mourinho arrive au Real avec pour mission de battre les Blaugrana de Guardiola. La suite sera pleine de déclarations de guerre, de conférence de presse haineuse et de doigts dans l’œil.

AFP

6/8 – Renard-Dupraz

Hervé Renard (ex Sochaux et actuel sélectionneur de la Côte d’Ivoire) et Pascal Dupraz (Evian TG) ont commencé leur belle relation par un terrible accrochage en National en 2006.

Renard-Dupraz
Renard-Dupraz

Savoyard comme son ennemi, Renard dirige Cherbourg et Dupraz Croix-de-Savoie. Huit ans plus tard, les deux techniciens français se retrouvent en Ligue 1 avec, en jeu, le maintien. Invité à réagir sur son adversaire avant qu’ils ne se rencontrent, Hervé Renard lance publiquement les hostilités en déclarant : «Dupraz se plaint de tout le monde, je ne fais pas exception. Il ne faut pas grand-chose pour qu’il sorte de ses gonds. Il a un revolver en poche. Dès que quelqu’un dit un mot, il tire. Son jeu me fait sourire. Je connais l’énergumène. Pour votre information, il m’appelle l’acteur.» Mais Dupraz sait jouer aussi et répond aussi sec : « Je ne suis qu’un petit entraîneur modeste. Lui a l’air de tout connaître, mais si c’était vraiment le cas, il ne ferait pas d’appels du pied pour venir à l’ETG par l’intermédiaire de ses agents…»

AFP

7/8 – Fergie – Keagan

Le plus célèbre pétage de plombs d’un coach sur un autre nous vient d’Angleterre et date de 1996. A l’époque (oui, ça date), le principal concurrent de Manchester United pour remporter le titre s’appelle Newcastle, équipe dirigée par l’ancien Ballon d’Or Kevin Keegan.

Fergie – Keagan .
Fergie – Keagan .

Redoutables, les Magpies se retrouvèrent vite dans le collimateur de Fergie qui déclara, en fin de saison, que les équipes de Premier League se donnaient plus contre ses Red Devils que face aux hommes de Keegan. Inadmissible pour l’Anglais qui devient complètement fou à l’antenne après une rencontre contre Leeds. « Je suis resté très calme jusqu’à maintenant, mais je vais vous dire quelque chose : il (Ferguson ndlr) est descendu dans mon estime lorsqu’il a dit ça (…) Je vous l’dit, vous pouvez le lui dire maintenant, je vais regarder – nous nous battons toujours pour ce titre. Et je vais vous dire honnêtement, je vais aimer ça si on les bat – AIMER ça » hurle-t-il. Résultat : Manchester United est champion. Au foot comme ailleurs, c‘est toujours le premier qui s’énerve qui a perdu

AFP

8/8 – Kombouaré – Gourcuff

Début des problèmes, un Lorient-PSG (1-1) en 2009. Excédé par les fautes à répétitions de Claude Makelele, Christian Gourcuff, entraîneur des Merlus, déclare après le match que « Makelele peut prendre le sifflet, c’est pareil.

Kombouaré – Gourcuff
Kombouaré – Gourcuff

Son comportement et celui de l’arbitrage à son égard, c’est un scandale. Il est dépassé et en bout de course et compense par des fautes ». Des mots forts qui ont littéralement fait craquer Kombouaré, qui, sur RMC, a emmené la dispute au niveau supérieur, expliquant que le technicien breton méritait des « claques dans la gueule ».

AFP

A lire aussi

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here