85 / 100

CHAN 2020 continue de défier la Covid-19. À l’issue d’un quart de finale fermé au stade Ahmadou-Ahidjo de Yaoundé, le Mali est venu à bout des Diables rouges du Congo, samedi 30 janvier. Pour la deuxième fois de son histoire, le Mali jouera les demi-finales du CHAN. Ce sera face au vainqueur de Guinée-Rwanda.

Avec trois buts inscrits par le Mali au premier tour et seulement deux côté Congo-Brazzaville, le premier quart de finale de CHAN 2020 ne promettait pas d’être particulièrement spectaculaire dans le secteur offensif.

Et en effet, les spectateurs n’ont pas eu droit à une avalanche de buts à Yaoundé. Le score est resté nul et vierge du coup d’envoi à la fin de la prolongation.

CHAN 2020: le Mali sort le Congo-Brazzaville aux tirs au but et retrouve les demies

Aucune défense n’a craqué

Davantage habitué aux joutes à élimination directe du CHAN que leurs adversaires, les Maliens ont montré de bonnes intentions dans leurs offensives, sans pour autant parvenir à mettre une pression constante sur la cage congolaise.

Le principal danger est venu d’Issaka Samaké, virevoltant sur le côté droit et dangereux dans ses centres et coups de pied arrêtés. Mais aucun coéquipier n’a réussi à convertir ses offrandes, et Pavelh Ndzila, le portier congolais, a été brillant sur chaque tentative.

Globalement dominateurs sur le terrain (56% de possession) et plus entreprenants en attaque, les joueurs coachés par Nouhoum Diané n’ont pas réussi à trouver l’ouverture au sein d’une défense congolaise appliquée. Et le chronomètre défilant, la décision aux tirs au but est apparue évidente.

Prince Mouandza Mapata, héros malheureux

L’exercice des tirs au but est toujours cruel pour une équipe, parfois pour un joueur. Ce samedi, les nuages sont bien sombres au-dessus des têtes congolaises.

Et c’est à Prince Mouandza Mapata que revient le titre bien peu envié de héros malheureux. Le 21 janvier, le défenseur latéral droit guidait son équipe en marquant le but du 1-1 face au Niger. Contre le Mali, il a précipité son élimination.

Tout premier tireur, Prince Mouandza Mapata s’est présenté face au gardien et capitaine malien, Djigui Diarra, et a trop croisé son tir. Le ballon est passé à côté du poteau.

A lire aussi  

Et aucun autre tireur n’a échoué après. Le Congo-Brazzaville s’arrête donc en quarts de finale, comme en 2018. Pour le Mali, candidat déclaré au titre, c’est un retour gagnant.

Sortis au premier tour du CHAN en 2011, quart de finaliste en 2014 et finaliste en 2016, les Aigles retrouvent le dernier carré. Le 3 février, ils affronteront le vainqueur du quart de finale entre la Guinée et le Rwanda.

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here