Covid-19 le test PCR est-il douloureux
Covid-19 le test PCR est-il douloureux

Covid-19. En fonction de la sensibilité de chacun, le test RT-PCR est plus ou moins douloureux. Le test virologique (PCR) permet de déterminer si une personne est porteuse de la Covid-19 au moment du test. Un test loin d’être agréable puisqu’il consiste à faire une prélèvement nasal à l’aide d’un écouvillon, mais fait-il mal ?

Avec la récente hausse des nouveaux cas de Covid-19 dans l’Hexagone, le gouvernement souhaite inciter les Français à faire des tests de dépistage. La technique la plus utilisée pour le diagnostic est le test virologique RT-PCR, qui est en l’état actuel le seul test pouvant détecter si une personne est infectée par le Covid-19 au moment du test, mais aussi le plus efficace pour détecter la Covid-19.

Ce prélèvement nasopharyngé consiste à rentrer un écouvillon (long coton-tige) dans la narine du patient pour aller jusqu’à la paroi arrière du pharynx, à l’arrière du nez et de la gorge. Sur l’affiche décrivant le déroulement du test de dépistage PCR, le gouvernement indique que le test est “désagréable” mais “ne fait pas mal”.

“Ça donne les larmes aux yeux”

Des dires confirmés par Françoise, une octogénaire parisienne qui a passé le test il y a 5 semaines après avoir eu de la fièvre : “Douloureux ? non. Désagréable en revanche oui, parce que ça donne les larmes aux yeux. J’avais entendu parlé de gens qui disaient que ça leur avait donné des nausées après, mais pas du tout. Si je devais le refaire bien sûr que je ne me réjouirais pas, mais ce n’est pas si terrible.”

De son côte Ruben, entrepreneur de 27 ans, juge le test en effet très désagréable mais également douloureux : “Au début on se rend compte que le grand coton-tige rentre loin dans la narine, puis très loin, puis très très loin jusqu’à atteindre quasiment l’œil. Une fois que le coton-tige est sous l’œil la personne qui prélève gratte dans tous les sens et ça fait mal. Ça fait un peu comme si on grattait tout au fond de notre narine avec notre ongle”, raconte-t-il.

“Je ne savais même pas que c’était possible d’aller aussi loin. Par contre c’est instantané, ça fait mal sur le moment mais après on ne sent plus rien.”

À LIRE AUSSI >> Covid-19 : où, quand et comment se faire tester ?

Pour Nicolas, il est difficile de choisir entre douleur, désagrément et gêne : “Le test ne fait pas vraiment mal, mais il est très gênant et désagréable. On a l’impression que l’écouvillon va nous toucher l’oeil, il va dans une zone qu’on ne connait pas et qui est assez sensible donc c’est surprenant. Je pense même avoir légèrement sursauté, mais ce n’est pas une vraie douleur.”

Mais contrairement à Ruben, Nicolas ressentait toujours une gêne plusieurs dizaines minutes après le test : “Une heure après le test, j’avais encore une sensation bizarre au fond de mon nez. Pas vraiment douloureuse non plus, mais assez gênante. Surtout que j’ai subi le test à une période où je faisais de fortes allergies aux pollens, ça ne m’a sans doute pas aidé, je n’arrêtais pas d’éternuer.”

Covid-19 – “60 à 70% l’ont trouvé douloureux”

Maggy, infirmière de 31 ans dans le milieu hospitalier a dû faire le test en raison de sa proximité récurrente avec les malades du Covid-19, tout comme le reste de ses collègues.

Elle nous confirme que la plupart de ses collègues infirmières ont trouvé le test douloureux : “Je l’ai pour ma part trouvé plus désagréable que douloureux, mais je ne peux pas dire que ça ne fait pas mal du tout. Concernant mes collègues, je dirais que 60 à 70% l’ont trouvé douloureux.”

Un douleur que cette infirmière travaillant dans le Val-de-Marne explique à cause de l’appréhension, mais également de l’anatomie de chacun.

“Je pense que la douleur est associée à l’état d’anxiété, parce qu’on sait qu’on va subir un test que certains qualifient de douloureux et ça peut jouer. Ça dépend aussi de l’anatomie de la personne, d’où le fait qu’on ait une multitude de réponses différentes. Nos nez ne sont pas tous constitués de la même manière. Il y a par exemple une de mes collègues qui a eu des saignements de nez suite au test, et le lendemain elle le sentait encore.”

“Ça dépend de la sensibilité de chacun”

Brigitte Cohen, gérante de la société Laboratoire De Biologie Médicale Cohen-Zaccarini, à Maisons-Alfort (Val-de-Marne), estime que le test est douloureux en fonction de la sensibilité de chacun : “Ça dépend des personnes. Dans tous les cas ce n’est jamais agréable et ça peut être douloureux aussi.

Les femmes sont moins douillettes que les hommes généralement, mais ça dépend de la sensibilité de chacun. C’est comme lorsqu’on fait une prise de sang ou d’autres types de prélèvements, on ne réagit pas tous de la même manière.”

Concernant les patients qu’elle a reçus dans son laboratoire, elle nous confie qu’aucun d’entre eux n’avait de douleurs suite au prélèvement nasopharyngé : “Le test dure 30 secondes, il y a 4 secondes de prélèvement et quand ils partent, ils sont toujours biens. Certains m’insultent, ils ne sont pas contents, mais je vérifie et ils vont toujours bien en quittant le laboratoire.”

Laisser un commentaire