der-travaille-a-encourager-la-dynamique-partenariale-des-etudiants-a-travers-la-recherche-et-l-innovation-responsable
der-travaille-a-encourager-la-dynamique-partenariale-des-etudiants-a-travers-la-recherche-et-l-innovation-responsable

La Délégation à l’entreprenariat rapide des jeunes et des femmes (DER) travaille à encourager la dynamique partenariale des étudiants et celle des startups à travers la recherche et l’innovation, a indiqué, mercredi, Carine Vavasseur, Ecosystem Builder au sein de cette entité.

« Notre positionnement d’ecosystem builder nous amène à analyser notre écosystème ainsi que les écosystèmes leaders d’entreprenariat, d’innovation et de numérique. Et un constat saute aux yeux, les universités sont au cœur de ces écosystèmes », a souligné Mme Vavasseur.

Elle prenait part au lancement officiel des activités de « JËFLAB » à l’Espace numérique ouvert (ENO) de Mbour, dont sa structure est partenaire.

Selon elle, « la plupart des plateformes et solutions à fort impact, qui ont su s’internaliser, ont été créées par des talents issus d’écoles au sein desquelles des dispositifs performants d’accompagnement ont été mis en place ».

« Au sein des écoles, la culture et l’état d’esprit entrepreneurial peuvent être cultivés, les mécanismes de pré-incubation permettent d’encadrer ces jeunes pousses, et l’accès à des infrastructures adéquates telles que les +FABLAB+ (laboratoire de fabrication numérique) leur permet de matérialiser leurs idées en prototypes de solutions testables », a soutenu Carine Vavasseur.

Elle a relevé que l’accès au financement constitue une « difficulté majeure que partagent les makers et entrepreneurs ».

DER travaille à encourager la dynamique partenariale

« Souvent, cet accès au financement est facilité par l’existence d’une preuve de concept permettant de valider le potentiel de l’idée et de rassurer des investisseurs », a ajouté Mme Vavasseur, avant de signaler que l’entreprenariat rapide des jeunes et des femmes vise également à accompagner les enseignants-chercheurs dans tout ce qui est recherche et développement.

thies-attend-de-grandes-augmentations-par-rapport-a-ses-recoltes-de-l-annee-derniere-drdr
thies-attend-de-grandes-augmentations-par-rapport-a-ses-recoltes-de-l-annee-derniere-drdr

A l’en croire, c’est en cela que le « JAFLAB » devrait permettre de créer « une valeur considérable dans la zone de Mbour, en donnant l’opportunité aux makers et aux jeunes pousses entrepreneuriales de donner vie à leurs idées et de tester à des coûts minimaux, afin de valider leurs hypothèses ».

« Nous sommes engagés aux côtés de l’UVS pour relever ces missions ensemble, missions cadrées dans notre convention de partenariat dont la mise en œuvre a pu être engagée, à travers notamment le déroulement d’un programme de pré-incubation régionale depuis un an dans le cadre de +Téranga Tech Incub+, en partenariat avec l’ambassade de France au Sénégal », a souligné la responsable de l’entreprenariat rapide des jeunes et des femmes.

Selon elle, neuf Espaces numériques ouverts (ENO) accueillent des pôles d’incubation dont les entrepreneurs les plus engagés et performants peuvent accéder aux financements de la DER.

A lire aussi Emigration irrégulière : Les parents invités à dissuader les candidats

« Nous sommes persuadés que le +JEFLAB+ permettra de renforcer ces acquis et d’ouvrir de nouvelles opportunités aux entrepreneurs et makers du département de Mbour », a indiqué Carine Vavasseur, selon qui « la volonté forte » de l’entreprenariat rapide des jeunes et des femmes est de créer un point entre le JEFLAB, les laboratoires de fabrication numérique et les établissements d’enseignement supérieurs.

Ce FABLAB de l’ENO de l’UVS de Mbour, dimensionné pour passer du prototype à la première version commercialisable de certains produits, permettra de mutualiser certains équipements de pointe dont l’acquisition peut être lourde pour les écoles, a-t-elle fait valoir.

Laisser un commentaire