Face à Macron, plus de 100.000 personnes dans la rue, des heurts à Paris

0
398
Plusieurs dizaines de milliers de personnes, dont de nombreux cheminots, défilent sous le soleil pour appeler à une "convergence des luttes" face à Emmanuel Macron, le 19 avril 2018
Plusieurs dizaines de milliers de personnes, dont de nombreux cheminots, défilent sous le soleil pour appeler à une « convergence des luttes » face à Emmanuel Macron, le 19 avril 2018

Près de 120.000 personnes, dont de nombreux cheminots, ont défilé jeudi partout en France sous le soleil pour appeler à une « convergence des luttes » face à Emmanuel Macron, avec notamment des dégradations et des heurts entre forces de police et manifestants constatées dans le cortège parisien.

Au total, 119.500 personnes ont manifesté dans toute la France, selon le ministère de l’Intérieur, à l’appel de la CGT et de Solidaires.

De son côté, la CGT, qui a comptabilisé près de 190 mobilisations sur le territoire, a recensé 300.000 manifestants.

C’est moins que lors de la dernière journée de mobilisation des cheminots et fonctionnaires du 22 mars, où le syndicat avait annoncé 500.000 manifestants et la police 323.000.

Dans le détail, la manifestation parisienne a rassemblé 15.300 personnes, selon un comptage réalisé par le cabinet Occurrence pour un collectif de médias, dont l’AFP, 11.500 selon la préfecture de police, et 50.000 selon la CGT.

Le cortège des manifestants, jeudi 19 avril 2018 à Marseille
Le cortège des manifestants, jeudi 19 avril 2018 à Marseille

A Marseille, Occurrence a dénombré 5.700 personnes. La police comptabilisait aussi 4.400 manifestants à Lyon, 4.500 à Rennes, 3.500 à Lille, 2.400 à Toulouse autour de 2.000 à Bordeaux et Strasbourg et un millier ou plus à Perpignan, Montpellier, Nice ou Saint-Etienne.

« Macron, président des riches », « Macron le valet des patrons »: le nom du président était partout ciblé.

« Eh Manu, descend ! », « Macron fait son bachar à la ZAD », pouvait-on lire sur des tags à Paris.

Interrogé par des médias en marge de son déplacement à Berlin, le chef de l’Etat a répliqué avoir eu « un mandat des Français (…) que j’essaie de tenir ».

Laisser un commentaire