Yaroslav Pastukhov , journaliste Canadien, a écopé de neuf ans de prison pour avoir entraîné un groupe de cinq personnes dans son terrible plan, rapporte « Slate ».

Le journaliste canadien Yaroslav Pastukhov a mis de la poudre aux yeux à son stagiaire.

Littéralement ou à la canadien….

Cette plume de Vice, plus connue sous l’alias de Slava Pastuk, est ainsi parvenue à convaincre un petit groupe de cinq personnes, dont son stagiaire, de transporter d’énormes quantités de cocaïne pour son propre bénéfice.

L’homme vient d’être condamné à neuf ans de prison, comme le relate Slate ce jeudi 5 décembre 2019.

La fine équipe, constituée d’un mannequin de 19 ans, d’un DJ et, donc, d’un ex-stagiaire de Vice nommé Robert Wang, ont ainsi convoyé en 2015 40 kilos de poudre blanche entre Las Vegas, aux États-Unis, et l’Australie.

Usant de son autorité et de son prestige, Yaroslav Pastukhov leur a fait miroiter une vie de rockeur et de l’argent de poche facile.

« Ce sera la chose la plus gangstérique que vous ferez de votre vie », leur a ainsi promis le journaliste pour galvaniser les troupes.

jounaliste canadien
jounaliste canadien

Aucun regret

Las, les apprentis passeurs se sont fait pincer dès leur arrivée à l’aéroport de Sydney, le 22 décembre 2015, avec un butin estimé à plus d’un million de dollars. Yaroslav Pastukhov a quant à lui été interpellé en janvier 2019.

Un laps de temps nécessaire aux autorités canadiennes pour amasser des preuves à l’encontre du trafiquant. Elles ont notamment mis la main sur un enregistrement édifiant entre le journaliste et son stagiaire, qui, jugé en Australie, a écopé de six ans et demi de prison dans cette affaire.

A lire aussi : Révélations du bureau d’immigration Canadien  » Il n’y avait aucune offre d’un million d’immigrants de ce genre aux pays »

Interviewé par le média The Ringer lundi 2 décembre, Yaroslav Pastukhov semble ne rien regretter. Au contraire, le détenu verrait bien son histoire être adaptée sur grand écran. Il dispose désormais de neuf ans pour peaufiner son scénario.

Publicités

Laisser un commentaire