86 / 100

La Guinée, 63 ans après l’indépendance obtenue le 2 octobre 1958 2 octobre 2021. Alors qu’une dizaine de chefs d’Etat africain et délégués de pays d’autres continents viennent prendre part aux festivités, des Guinéens reviennent sur l’état du pays 63 ans après l’indépendance, le 2 octobre 1958.

La Guinée, 63 ans après l’indépendance obtenue le 2 octobre 1958

La Guinée commémore ce 2 octobre le soixantième anniversaire de son indépendance.

En 1958, en l’espace de cinq semaines, deux événements ont conduit la Guinée française à devenir la République de Guinée, premier État d’Afrique subsaharienne à avoir obtenu son indépendance de la France.

sekou1-de-gaulle-Aujourdhui-25-aout-1958-www.kafunel.com-Le-discours-de-Sekou-Toure-qui-fache-De-Gaulle
sekou1-de-gaulle-Aujourdhui-25-aout-1958-www.kafunel.com-Le-discours-de-Sekou-Toure-qui-fache-De-Gaulle

La visite du général de Gaulle le 25 août et le référendum du 28 septembre sur la nouvelle constitution française et le projet de Communauté franco-africaine ont marqué l’histoire de la Guinée.

Retour en images et en archives sonores sur ces événements.

Alors qu’une dizaine de chefs d’Etat africain et délégués de pays d’autres continents viennent prendre part aux festivités, des Guinéens reviennent sur l’état du pays 63 ans après l’indépendance, le 2 octobre 1958.

Le discours d’Ahmed Sékou Toure le 25 août 1958 à Conakry
Le discours d’Ahmed Sékou Toure le 25 août 1958 à Conakry

Les autorités guinéennes ont placé cette fête sous le signe de la reconnaissance au président Sékou Touré.

L’ancienne colonie française avait voté non lors d’un référendum organisé le 28 septembre 1958, ouvrant la voie à un vent d’indépendance dans la sous région.

Général de Gaulle humilié, il y a 63 ans, l’indépendance de la Guinée

Près de 45000 personnes, selon les organisateurs, se sont retrouvées ce 2 octobre au stade du 28 septembre pour assister à la fête marquant les 60 ans d’indépendance du pays.

Plusieurs chefs d’Etat africains ont pris part à cette cérémonie qui dérange certains Guinéens qui estime que le stade du 28 septembre n’est pas le lieu approprié pour cette célébration parce qu’il porte, disent-ils, des stigmates du massacre non élucidé du 28 septembre 2009.

Général De Gaulle Il y a 60 ans, l'indépendance de la Guinée
Général De Gaulle Il y a 60 ans, l’indépendance de la Guinée

Des prestations diverses des artistes guinéens se sont jointes aux défilés civiles et militaires pour rendre la fête belle.

Parmi les spectateurs, de nombreux chefs d’Etat de l’Afrique de l’ouest, des représentants de pays de défunts présidents panafricanistes et des délégations venues d’autres continents.

Les Guinéens qui ont assisté à cette fête l’ont magnifié.

Mais, pour une partie non négligeable des habitants de la capitale Conakry, le stade du 28 septembre n’est pas le lieu approprié pour célébrer la fête d’indépendance de la Guinée.

Pour ceux-ci, ce stade porte encore les traces du sang des 150 tués et des femmes violées le 28 septembre 2009 dans ce stade.

Général de Gaulle a même laissé sa casquette sur le bureau, là

Dans une adresse à la nation le 1er octobre, le président guinéen alpha condé a demandé aux guinéens de regarder dans la même direction.

Mais, cette fête intervient dans un contexte de tension entre le pouvoir et les forces vives de la nation d’une part au sujet d’une crise qui larve à la cour constitutionnelle et les enseignants d’autres part qui appellent à une grève illimitée à partir de ce 3 octobre parce qu’ils réclament 8 millions de francs guinéens de salaire de base, un peu moins de 900 dollars.

Lire aussi :

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here