Une péniche aménagée par Le Corbusier, classée monument historique et amarrée au port d’Austerlitz sur la Seine à Paris, a coulé samedi 11 février à la suite d’une avarie.

La Louise-Catherine, barge en ciment armé de 70 mètres de long et 8 mètres de large, était en cours de réhabilitation « pour devenir un musée et un lieu culturel », a expliqué Alice Kertekian, sa propriétaire.

« Avec la décrue (de la Seine qui avait débordé à Paris), nous nous étions aperçus que la partie avant de la péniche était posée sur le quai.

Il y a eu une intervention pour la faire redescendre à l’eau. Mais 15 minutes après sa remise à l’eau, elle a coulé. Il y avait une avarie, elle a sombré en une vingtaine de minutes », a-t-elle raconté.

Classée monument historique, la Louise-Catherine, ancien asile flottant de l’Armée du salut, a coulé ce samedi matin dans la Seine.

Longtemps asile flottant pour SDF de l’Armée du salut, la Louise-Catherine repose depuis ce samedi matin au fond de la Seine, à deux pas de la gare d’Austerlitz, à Paris. C’est en la dégageant de la berge sur laquelle elle était coincée du fait de la décrue du fleuve, que les dépanneurs fluviaux ont, semble-t-il, créé une voie d’eau.

Installée depuis des années quai d’Austerlitz, à Paris, la péniche de 70 mètres de long sur 10 de large, construite en 1915 et réaménagée en 1929 par Le Corbusier, a coulé en quelques instants.

Les pompiers présents sur le pont ont tout juste eu le temps de sauter à terre. Avec elle, c’est un pan de l’histoire fluviale de Paris qui disparaît, momentanément au moins.

A l’origine baptisée Liège, elle transportait du charbon de Rouen à Paris pendant la Première Guerre mondiale.

Rachetée en 1929 par une certaine Madeleine Zilhardt pour en faire un asile flottant destiné aux SDF, elle devient Louise-Catherine et un jeune architecte nommé Le Corbusier est chargé de l’aménager.

Il y installe 160 lits et autant de casiers, dans trois vastes dortoirs, et un jardin sur le pont. L’Armée du salut, qui gérera l’asile jusqu’en 1994, la revend en 2006 à un particulier.

Devenue centre culturel, la Louise-Catherine est classée monument historique de la ville de Paris par la DRAC en 2008.

Très inquiets depuis plusieurs jours car la péniche gîtait de plus en plus à mesure que la Seine baissait, les propriétaires veulent aujourd’hui la renflouer.

«Nous allons créer un compte sur KissKissBankBank pour trouver de l’argent et payer la grue pour la sortir de là», expliquait ce samedi Sylvain Bernard, qui a assisté, impuissant, au naufrage.

Il n’y a aucun blessé et aucun risque de pollution, a précisé la préfecture de police de Paris.

Ce chaland (bâteau à fond plat destiné au transport de marchandises) servait initialement à transporter du charbon de Rouen à Paris.

Acquise en 1929 par l’Armée du salut, son réaménagement fut confié à Le Corbusier qui avait la charge d’en faire un asile flottant pour les sans-abri.

Elle a été rachetée en 2006 et une association, l’Association Louise-Catherine, a été crée pour oeuvrer à sa réhabilitation.

« Le but est de la sauver, il existe des techniques pour la sortir de l’eau. Mais tant qu’il y a la crue, les plongeurs ne peuvent aller explorer et voir l’ampleur exacte de l’avarie », a déclaré Alice Kertekian.

Laisser un commentaire