La police anti-émeute a fermé une station de radio populaire critiquant le président libérien et ancienne star du football George Weah.

Les officiers ont cassé une porte en acier et ont pris d’assaut les bureaux de Roots FM dans la capitale, Monrovia, peu après son émission de petit-déjeuner, The Costa Show, qui avait débattu du gaspillage allégué de M. Weah alors que « son peuple souffrait ».

Le ministre de la Justice, Frank Musa Dean, a confirmé à la BBC que la police anti-émeute avait été dépêchée après que son bureau eut reçu une lettre de la Liberia Telecommunications Authority (LTA) se plaignant du fait que la station et deux autres exploitaient sans licence.

Le ministre de la Justice n’a pas expliqué pourquoi le gouvernement ne s’était pas tourné vers les tribunaux pour forcer la fermeture, comme l’exige la loi.

A lire aussi :  George Weah a prêté serment comme président du Liberia

Lorsque la police a martelé le portail pour entrer dans la station, Henry Costa, son propriétaire basé aux États-Unis qui héberge l’émission sur Internet, a appelé ses partisans à venir le « secourir ».

«Nous devons rester ensemble; ne les laissez pas nous enlever notre équipement », a plaidé Costa.

« Je regarde la chose en direct alors qu’ils entrent dans notre station de radio », cria-t-il en vain. « C’est un jour triste pour le Libéria. »

Alors que Costa parlait, on pouvait entendre les coups de marteau sur la porte.

En réponse à son appel, des témoins oculaires ont déclaré que plus de 400 personnes étaient arrivées au poste en quelques minutes, mais cela n’a pas empêché la police de le fermer.

Un témoin oculaire appelant d’un immeuble voisin a confié à la BBC qu’il avait vu la police charger l’équipement de diffusion de la station dans un véhicule en attente après l’avoir forcé à quitter le poste.

Roots FM entretient de mauvaises relations avec le gouvernement de M. Weah depuis la nomination de l’ancien footballeur à la présidence, il y a près de deux ans.

Avant l’action de jeudi, la station avait déclaré qu’elle respectait tous les règlements en matière de radiodiffusion et avait demandé le renouvellement de sa licence.

Lire: Personne n’ose s’attaquer au président Weah

Publicités

Laisser un commentaire