Au terme d’un splendide match, le Portugal et l’Espagne se sont quittés dos à dos (3-3) ce vendredi soir lors du choc de la première journée du groupe B de la Coupe du Monde en Russie. Une première affiche qui a tenu toutes ses promesses.µ

Après l’ouragan ‘Julen Lopetegui’, viré de la sélection mercredi après avoir été officiellement intronisé à la tête du Real Madrid, la Roja a beaucoup souffert face aux champions d’Europe en titre emmenés par un Cristiano Ronaldo des grands soirs.

Le quintuple Ballon d’Or a signé un fantastique triplé, dont un magnifique coup-franc à la 88ème minute, pour éviter une déconvenue à ses couleurs.

CR7 et ses coéquipiers ont mené pas deux fois mais Diego Costa, auteur d’un doublé, et Nacho Fernandez, fautif sur le penalty d’ouverture, ont renversé la situation.

Alors que les hommes de Fernando Hierro pensaient prendre une option pour la première place de cette poule, le capitaine lusitanien est à nouveau passé par là.

Ronaldo, déjà décisif

Il appartient désormais au même cercle que Pelé, Miroslav Klose et Uwe Seeler. En marquant face à l’Espagne, Cristiano Ronaldo est devenu le quatrième joueur de l’histoire à trouver le chemin des filets lors de quatre Coupes du monde différentes. Il avait planté à une reprise en 2006 en Allemagne, en 2010 en Afrique du Sud et en 2014 au Brésil.

Vendredi, il a d’abord ouvert le score au bout de quatre minutes de jeu sur un penalty qu’il a lui-même obtenu après avoir été accroché par Nacho Fernandez, son coéquipier au Real Madrid. Il s’est ensuite offert un doublé juste avant la pause d’une frappe sans contrôle du gauche sur laquelle David De Gea se manque totalement. Il a parachevé son récital sur un coup franc direct à la 88e pour arracher le nul. Du grand art.

Costa lui aussi au rendez-vous

Ronaldo n’est pas le seul à avoir fait parler la poudre sur la pelouse du Stade olympique de Sotchi. Aligné à la pointe de l’attaque espagnole, avec Isco en soutien, Diego Costa a trouvé la faille à deux reprises. D’abord sur une action qui lui ressemble tellement. Trouvé sur un long renvoi, l’artificier de l’Atlético de Madrid s’est d’abord défait de Pepe en mettant le coude.

Il a ensuite enchaîné les feintes de frappes, avant de résister au retour de José Fonte pour tromper Rui Patricio d’une frappe sèche. Son deuxième but a rappelé qu’il était également un redoutable renard des surfaces. Sur un coup-franc de David Silva, l’ancien buteur de Chelsea a profité d’une remise de la tête de Sergio Busquets pour marquer de près. Sa sortie à la 77e à la place de Iago Aspas a été accompagnée d’une ovation.

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here