Le village indien sous-marin qui émerge une fois par an

0
311
Le premier barrage de l'État a submergé le village de Curdi
Le premier barrage de l'État a submergé le village de Curdi

Un village de l’état indien de Goa, dans l’ouest de l’Inde, n’est visible que pendant un mois par an. Pendant les 11 mois restants, il disparaît sous l’eau. Et lorsque l’eau se retire, ses premiers habitants, désormais installés ailleurs, se réunissent pour célébrer leur foyer, rapporte Supriya Vohra.

Le village de Curdi était niché entre deux collines des Ghâts occidentaux, traversé par la rivière Salaulim – un affluent de l’une des principales rivières de Goa.

C’était autrefois un village prospère du sud-est de Goa.

En 1986, le village, comme ses habitants le savaient, a cessé d’exister. Le premier barrage de l’État a été construit et, en conséquence, le village a été complètement submergé.

Mais chaque année au mois de mai, l’eau recule pour révéler ce qu’il en reste.

De la terre fissurée, des souches d’arbres, des vestiges érodés de maisons et d’édifices religieux, des restes d’objets ménagers brisés, des canaux d’eau en ruines et des kilomètres de terre aride sillonnant de points d’eau.

Situé dans l'arrière-pays, Curdi était autrefois un village prospère.
Situé dans l’arrière-pays, Curdi était autrefois un village prospère.

La terre était fertile et la majeure partie du village, dont la population avoisinait les 3 000 habitants, en vivait; elle cultivait des rizières entourées de cocotiers, de cajous, de manguiers et de jacquiers.

Hindous, musulmans et chrétiens vivaient ensemble. Il y avait un temple principal, plusieurs temples plus petits, une chapelle et un sanctuaire musulman. C’était également le lieu de naissance du célèbre chanteur classique Mogubai Kurdikar.

Mais les choses ont radicalement changé après la libération de Goa des Portugais en 1961.

Le premier ministre en chef, Dayanand Bandodkar, s’est rendu dans le village pour annoncer la construction du premier barrage de l’État. Il rassembla tous les habitants et leur dit que cela profiterait à tout le sud de Goa.

Lorsque l'eau se retire chaque année, les vestiges du village sont révélés
Lorsque l’eau se retire chaque année, les vestiges du village sont révélés

« Il a dit que notre village serait noyé, mais que notre sacrifice serait pour le plus grand bien », a déclaré Gajanan Kurdikar, âgé de 75 ans, qui garde un souvenir vivant de la réunion.

M. Kurdikar et d’autres résidents, comprenant plus de 600 familles, ont été forcés de s’installer dans des villages voisins, mais ont reçu des terres et une indemnisation.

Le projet était ambitieux. Construit sur les rives de la rivière Salaulim, il s’appelait le projet d’irrigation Salaulim. Elle a proposé de fournir de l’eau pour la consommation, l’irrigation et l’industrie à la majeure partie du sud de Goa. Et il était censé fournir environ 400 millions de litres d’eau par jour aux citoyens.

« Quand nous sommes arrivés dans le nouveau village, nous n’avions absolument rien », se souvient Inacio Rodrigues. Il faisait partie des premières familles à déménager en 1982. Ils devaient rester dans des maisons de fortune jusqu’à ce qu’ils puissent construire leur propre maison à partir de rien. Pour certains, cela a pris presque cinq ans.

Le premier barrage de l'État devait fournir de l'eau à tout le sud de Goa.
Le premier barrage de l’État devait fournir de l’eau à tout le sud de Goa.

Gurucharan Kurdikar avait 10 ans lorsque sa famille s’installa dans un nouveau village en 1986.

« Je me souviens vaguement que mes parents se sont empressés de tout ranger dans une camionnette. J’étais également rangé dans le camion avec mon frère et ma grand-mère. Mes parents nous ont suivis sur leur mobylette », se souvient-il.

Sa mère, Mamta Kurdikar, se souvient plus clairement du jour. « Je pense que nous étions les dernières familles à rester. Il a beaucoup plu la nuit précédente et l’eau des champs a commencé à entrer dans notre maison. Nous avons dû partir immédiatement. Je ne pouvais même pas prendre mon moulin à farine avec moi », dit-elle .

Gajanan et Mamta Kurdikar vivent maintenant dans le village de Vaddem
Gajanan et Mamta Kurdikar vivent maintenant dans le village de Vaddem

Mais l’eau du barrage n’a jamais atteint les villages où se sont installés les anciens habitants de Curdi.

« Le système de robinets n’a pas traversé tous les villages du sud de Goa, comme promis », explique Gajanan Kurdikar. « Donc, nous ne recevons pas notre eau potable du barrage. »

À Vaddem, où habite actuellement M. Kurdikar, il y a deux grands puits. Mais en avril et mai, les puits commencent à se tarir. Ils sont ensuite obligés de dépendre des pétroliers du gouvernement pour leur eau potable.

Lorsque les eaux se retirent en mai, les premiers habitants de Curdi se rendent dans leur patrie perdue.

Environ 3 000 résidents vivaient à Curdi avant d'être forcés de déménager.
Environ 3 000 résidents vivaient à Curdi avant d’être forcés de déménager.

La communauté chrétienne se réunit pour un festin annuel de chapelle et les hindous organisent un festin de temple pendant ce mois.

« Aujourd’hui, il est très facile pour nous de faire nos bagages et de déménager », explique Venisha Fernandes, sociologue à Goa.

« Mais pour les habitants de Curdi, leur identité était basée sur leur terre. Ils étaient étroitement et directement liés à cela. C’est peut-être pourquoi ils s’en souviennent très bien et continuent d’y revenir. »

Supriya Vohra est une journaliste indépendante basée à Goa.

Publicités

Laisser un commentaire