On appelle traditionnellement Rois mages les visiteurs qui figurent dans un épisode de l’Évangile selon Matthieu, lesquels, ayant appris la naissance de Jésus, viennent « de l’Orient » guidés par une étoile pour rendre hommage « au roi des Juifs » et lui apporter à Bethléem des présents d’une grande richesse symbolique : ormyrrhe et encens.

Le texte évangélique ne mentionne pas leur nombre, pas plus que les noms de ces « sages » (en grec : μάγοι, magoï), et ne les qualifie pas de rois. L’idée de leur origine royale apparaît chez Tertullien au début du iiie siècle et celle de leur nombre est évoquée un peu plus tard par Origène

A lire aussi : Je Serai avec Toi Adoration pour JESUS CHRIST Groupe Sublime Esaïe 43

Des dizaines de groupes composés de danseurs, percussionnistes et de portes drapeaux se produisent dans les rues de Montevideo, la capitale Uruguayenne, en l’honneur de Balthazar, l’un des rois Mages, à l’occasion du Jour l‘Épiphanie. Un défilé haut en couleurs !

Célébration des rois mages en Uruguay

Rois mages

 Certaines traditions chrétiennes, dont témoigne pour la première fois vers le viiie siècle l’Excerpta Latina Barbari, les popularisent sous les noms de MelchiorGaspard et Balthazar.

Ce sont des personnages traditionnels des récits de la Nativité et le thème de l’Adoration des Mages devient rapidement populaire, ainsi qu’en témoigne une représentation dans la catacombe de Priscille à Rome, pour ensuite se développer très largement dans l’art chrétien.

Célébration des rois mages en Uruguay [Grand Angle]
Célébration des rois mages en Uruguay [Grand Angle]

L’Occident médiéval les vénère comme saints et l’Église catholique leur reconnaît des reliques qui sont conservées, depuis le xiie siècle, à la cathédrale de Cologne, tandis que la tradition orthodoxe conserve le reliquaire de leurs présents au monastère Saint-Paul du mont Athos.

A lire aussi : Le Baptême chrétien: Point de départ de la course dans le monde

Dans la tradition chrétienne, la visite des mages est célébrée le jour de l’Épiphanie, avec les deux « mystères » du Baptême dans le Jourdain et des noces de Cana.

Laisser un commentaire