La plupart des victimes ont été tuées par armes à feu ou armes blanches, mais d’autres ont péri dans l’incendie déclenché au quatrième étage par le commando.

A lire aussi: A Kaboul, les assaillants de l’hôtel « cherchaient les étrangers » (médias)

Hasibullah, 20 ans, employé à la boulangerie du restaurant, a raconté que le commando cherchait d’abord les étrangers. « Ils ont commencé par les étrangers, ensuite le tour des Afghans est venu: ils tuaient un par un », a-t-il assuré à l’AFP depuis l’hôpital – lui aussi a eu la vie sauve en sautant par la fenêtre du cinquième étage.

Il se trouvait dans la salle de restaurant quand se sont présentés « deux hommes en civil » qui l’ont appelé pour se faire servir, avant d’ouvrir le feu au fusil d’assaut. « Ils tiraient à vue sur les gens. J’ai vu beaucoup de corps au sol dans le restaurant ».

Une source de sécurité a confirmé que deux des assaillants se sont tout d’abord installés dans un restaurant en feignant d’être des « gens normaux », mais en réalité en quête de cibles. « Ils ne voulaient pas tuer des Afghans », a affirmé la source. « Ils cherchaient à tuer des étrangers ».

– Par les cuisines –

Réfugié dans une chambre au 5è étage, Hasibullah a entendu les membres du commando ouvrir « les portes les unes après les autres avec leurs poignards et tirer au pistolet ou à la kalashnikov. C’est alors que j’ai sauté dans le vide ».

Selon une source sécuritaire, « deux des assaillants avaient passé la nuit à l’hôtel, enregistrés comme clients ».

Les questions demeurent nombreuses sur la sécurité de l’hôtel et la facilité avec laquelle le commando est entré avec ses armes.

Des membres des forces de sécurité afghanes sur le toit de l'hôtel Intercontinental à Kaboul le 22 janvier 2018 après une attaque de talibans contre l'établissement qui a fait au moins 22 morts
Des membres des forces de sécurité afghanes sur le toit de l’hôtel Intercontinental à Kaboul le 22 janvier 2018 après une attaque de talibans contre l’établissement qui a fait au moins 22 morts

Selon le porte-parole du ministère de l’Intérieur, les assaillants sont arrivés par les cuisines situées sur l’arrière du bâtiment avant de gagner le hall principal.

Deux autres se trouvaient donc déjà dans le restaurant, selon les témoins.

Selon des employés de l’hôtel, l’accès est aisé par l’arrière, où un simple mur peut être aisément escaladé.

La question d’éventuelles complicités internes qui auraient permis d’introduire des armes avant l’attaque est évidemment posée. « Ils avaient certainement des complices dans l’hôtel. Sinon comment seraient-ils passés avec les caméras de sécurité? », s’interroge Hasibullah.

De plus, une journaliste de l’AFP qui a assisté à une conférence sur place samedi matin a constaté que les voitures n’étaient pas fouillées à l’entrée du complexe et la fouille au corps aisément contournable.

L’hôtel Intercontinental de Kaboul, propriété de l’Etat afghan, a déjà été en juin 2011 la cible d’une attaque revendiquée par les talibans qui avait fait 21 morts.

Laisser un commentaire