La saison 2018-2019 de Sadio Mané est absolument phénoménale, tant sur le plan individuel que collectif. L’ailier sénégalais a pris la mesure de son immense talent et prouvé sa classe week-end après week-end. Il a remporté deux trophées majeures dont la prestigieuse ligue des champions et a terminé co-meilleur buteur de la PL.

Que ce soit avec Liverpool ou la sélection du Sénégal, Mané a joué les premiers rôles en endossant le costume pesant de leader technique. Forcément Sadio Mané était fortement attendu sur les tapis rouges pour glaner les trophées individuels de fin de saison.

Deux d’entres eux sont passés et le nom de Mané n’a jamais filtré pas même sur le podium. Il ne reste plus désormais que le ballon d’or, la récompense suprême mais compte tenu de plusieurs paramètres, il est très peu probable de voir l’attaquant des Reds remporter le prestigieux sésame.

Est-ce que Sadio Mané mérite le ballon d’or ? Evidemment que oui. Est-ce qu’il va gagner le ballon d’or ? Sûrement que non. Son tort, le fait d’être africain. En un moment donné faudra juste dire les choses et éviter de faire dans la demi-mesure. Cela ne marche pas visiblement. On va probablement parler de victimisation comme souvent mais les faits sont là.

Ils sont d’une tristesse sans nom. Aujourd’hui encore on a l’impression que les joueurs africains doivent toujours faire deux fois plus que les autres pour être reconnus. Aujourd’hui encore on a l’impression que les joueurs africains ne sont là que pour faire de la figuration.

Parce que c’est une anti-star

Hier il y’a eu Eto’o et Drogba, aujourd’hui, il y’a Mané et Salah. Les joueurs changent, le même constat demeure et devient de plus en plus flagrant. L’on est arrivé à savoir ce qui va se passer d’avance avant même que rien ne ce soit passé et ceci malgré les performances.

Pour beaucoup d’observateurs avertis, le fait de ne pas s’appeler Salahinho ou Maninho pour les deux virtuoses de Liverpool ne joue pas en leur faveur mais il n’y a pas que cela malheureusement.

Voici donc trois raisons de plus qui prouvent que Sadio Mané ne gagnera pas le ballon d’or 2019.

N’est pas Sadio Mané qui veut. Absolument brillant sur le terrain, le sénégalais est un joueur très réservé en dehors. A l’heure où les réseaux sociaux font partie intégrante de la vie des stars, Mané lui a choisi la discrétion. Loin des strass et paillettes, le sénégalais affiche rarement sa vie privée. Fils d’un imam, Mané est un grand philanthrope mais réalise ses bonnes œuvres dans un relatif anonymat.

Il est difficile de voir aujourd’hui un joueur de son standing sans un compte twitter et pourtant ce n’est pas son cas. Les trophées individuels pouvant parfois privilégier le côté marketing et bling bling, un Sadio Mané vainqueur, serait moins accrocheur. Son comportement modeste est aux antipodes de la vie de star qu’il aurait pu mener. C’est tout à son honneur mais un tel choix se paye cache à l’heure des récompenses.

Parce que l’Afrique n’a toujours rien compris

Les gens ont passé leur temps à crier à l’injustice sur les réseaux sociaux mais le mal est plus profond que ça. L’Afrique n’a encore rien compris et refuse obstinément de mettre ses dignes fils en avant. Après la saison de Mané, le mettre en première position n’aurait relevé d’aucune mauvaise foi, bien au contraire. Cela aurait été tout à fait légitime. Lors des trophées The Best, ses propres frères ont tout simplement choisi de le snober.

Il nous faudrait tellement des Samuel Eto’o et des Habib Beye pour enfin pointer du doigt cette injustice notoire. Voilà deux défenseurs qui n’ont pas froid aux yeux, n’ont pas leurs langues dans leurs choses et qui disent les choses telles qu’elles sont. Et pourtant, on ne demande à personne de placer un nom parce qu’il est africain mais quand il le mérite, le privilégier serait la moindre des choses. André Ayew et Pierre-Emerick Aubameyang ont encore des progrès à faire sur ce côté là.

Parce que le ballon d’or africain est une vraie farce

Jamais vous n’entendrez parler du ballon d’or européen, jamais vous n’entendrez parler du ballon d’or sud américain et c’est pareil pour les autres. Et pourtant, nous autres africains, on a notre propre ballon d’or. Comme si on s’excluait du seul, du vrai.

C’est à croire que quelques parts dans notre fort intérieur, on sait qu’on est que de simples figurants et qu’on aura jamais cette légitimité pré-établie qu’on les européens et les sud américains. Pour être pris au sérieux, il faudrait peut-être pensé à supprimer cette mascarade ou à défaut le décerner uniquement aux joueurs évoluant sur le continent

Vous l’aurez compris, il est très peu probable de voir Sadio Mané ballon d’or mais cela n’enlève en rien à l’immensité de son talent et à sa saison dantesque. Il ne sera jamais Lionel Messi, il ne sera jamais Cristiano Ronaldo mais l’histoire retiendra au moins que le temps d’une saison, il a réussi la prouesse de se hisser dans leur galaxie étoilée. Et quelques parts c’est peut-être sa plus belle victoire.

Laisser un commentaire