La situation dégénère à cause d'un masque mal mis dans un supermarché de Breil-sur-Roya
La situation dégénère à cause d'un masque mal mis dans un supermarché de Breil-sur-Roya

La situation dégénère dans un supermarché. Et bonjour les arrestations. Dans un supermarché des Alpes-Maritimes, un employé a été arrêté après n’avoir pas porté correctement son masque de protection contre le coronavirus. (Photo: Capture d’écran YouTube)

Faits divers à la version Covid-19 – Un masque mal mis, et la situation qui s’envenime. Alors que les faits divers liés au non respect du port du masque contre le coronavirus se multiplient depuis le déconfinement, une nouvelle histoire a fait parler ces derniers jours, du côté de Breil-sur-Roya, dans les Alpes-Maritimes.

Comme l’ont rapporté plusieurs médias locaux dont l’antenne régionale de France 3, mercredi 19 août au matin, deux gendarmes n’ont pas aimé voir un employé du supermarché Carrefour Contact de la ville porter son masque en-dessous des narines, et lui ont signifié. Mais au lieu d’un simple échange cordial rapidement résolu, le ton est vite monté.

A lire aussi  Coronavirus: la situation s’aggrave encore en Europe mais l’OMS voit des « signes encourageants », le G20 mobilisé

Quelques minutes seulement après avoir engagé la discussion, les militaires ont ainsi tenté de le maîtriser pour l’embarquer, sous le regard un rien ébahi des clients et des autres employés du magasin. D’après la hiérarchie des gendarmes, citée par Nice Matin, le magasinier se serait montré vulgaire et aurait refuser d’obtempérer.

Des témoins pas convaincus de la nécessité de l’interpellation

“Ce Monsieur ne se calmant pas, le chef de patrouille lui a demandé de le suivre”, a raconté à nos confrères le colonel Nasser Boualam, patron des gendarmes des Alpes-Maritimes. “Pendant sa garde à vue, il a intégralement reconnu les faits et admis lui-même que l’action des gendarmes était légitime et sans violence.”

Mais comme vous pouvez le voir dans la vidéo ci-dessous, le journaliste Jacques Cotta a pu rassembler les images de vidéosurveillance du magasin et surtout rencontrer certains des protagonistes de l’affaire. Et au contraire des gendarmes, ceux-ci ne semble pas estimer qu’une telle méthode était nécessaire.

Un client présent au moment de l’interpellation, explique ainsi avoir tenu à rester à quelques mètres de distance de peur de voir l’employé du supermarché se faire malmener outre mesure.

Situation – Manque de tact ou sang-froid ?

De même, la gérante du magasin déplore le manque de tact et de communication de la part des militaires. “Il a tout reconnu pour être relâché et il ne veut plus entendre parler de cette histoire mais je ne vais pas lâcher l’affaire”, insiste même Nadège Pastorelli.

Pourtant, le chef des gendarmes du 06 n’en démord pas: “Mes gendarmes ont agi avec mesure et sang-froid. La responsable du magasin dit des bêtises et se trouve en infraction puisqu’elle n’a pas respecté les obligations qui lui incombent.”

Pour le colonel Boualam, alors que les forces de l’ordre se retrouvent à nouveau mobilisées face à la progression du covid-19, il est essentiel “qu’il y ait un peu plus de retenue et de mesure”, notamment face à ce genre de situation.

À voir également sur le Kafunel : Port du masque obligatoire à Paris… sauf pour David Belliard

Laisser un commentaire