La lutte contre le paludisme est au point mort, selon un rapport de l’Organisation mondiale de la santé publié lundi.


Le paludisme est l’une des premières causes de mortalité au monde avec 219 millions de cas enregistrés en 2017, soit deux millions de plus que l’année précédente.

A lire aussi : Des chiens renifleurs pour aider à éradiquer le paludisme

La plupart des 219 millions de cas de paludisme en 2017, à savoir 200 millions (91%), ont été enregistrés en Afrique, et les dix pays du continent les plus durement touchés par la maladie auraient enregistré 3,5 millions de cas supplémentaires par rapport à 2016.

Parmi ces pays figurent le Nigeria, Madagascar, la République démocratique du Congo (RDC) et l’Ouganda.

A lire aussi : Des moustiques génétiquement modifiés pour lutter contre le paludisme

« Nous devons changer de cap », prévient le directeur-général de l’OMS, Tedros Adhanom Ghebreyesus.

Les pays membres de l’OMS ne semblent pas sur la bonne voie pour atteindre les deux objectifs qu’ils se sont fixés à savoir réduire de 40% l’incidence du paludisme et la mortalité associée par rapport aux niveaux de 2015.

A lire aussi : Nouveau développement dans la lutte contre le paludisme

L’OMS met en cause l’accès et l’utilisation des interventions et outils antipaludiques essentiels qui sont insuffisants même si le financement de la lutte contre le paludisme est relativement stable depuis 2010.

Selon l’agence onusienne « les investissements consentis en 2017 sont loin d’atteindre le niveau requis (…) pour réduire d’au moins 40% l’incidence du paludisme et la mortalité associée au plan mondial par rapport à 2015 ».

Publicités

Laisser un commentaire