81 / 100

Au Soudan, le taux d’inflation à plus de 400% en juin. Un courtier de change prépare une transaction dans une maison de courtage de la capitale Khartoum, le 21 janvier 2020.

Taux d’inflation au Soudan à plus de 400% en juin

Le taux d’inflation annuel a explosé au Soudan à plus de 400% en juin, a indiqué dimanche l’agence officielle Suna, dans un contexte de grogne populaire face à la hausse des prix après une série de réformes demandées par le Fonds monétaire international (FMI).

« Le taux d’inflation annuel a atteint 412,75% en juin, contre 378,79 en mai », selon un communiqué du gouvernement qui précise que la hausse est en partie due à une augmentation des prix de la nourriture.

Après 30 ans de mauvaise gestion sous le règne autoritaire d’Omar el-Béchir, renversé en avril 2019 sous la pression d’un mouvement populaire et de sanctions américaines, le Soudan est plongé dans une crise économique profonde que le gouvernement de transition a promis de juguler.

Des pays soutenant le terrorisme…

Le gouvernement a depuis obtenu le retrait du Soudan de la liste noire américaine des pays soutenant le terrorisme, ce qui a permis une levée des sanctions à son encontre.

Ces derniers mois, la suppression de subventions sur les carburants ainsi que l’introduction d’un taux de change flottant dans le cadre de réformes soutenues par le FMI en vue d’alléger de 50 milliards de dollars la dette extérieure du pays ont suscité le mécontentement de la population, incitée par le gouvernement à faire preuve de patience.

Le pays fait par ailleurs face à des pénuries de devises ainsi qu’à un taux de chômage élevé et est régulièrement confronté à des coupures d’électricité.

L’ardoise du Soudan pour permettre son retour sur la scène internationale

Vendredi, une vingtaine de pays créanciers du Soudan réunis au sein du Club de Paris ont annoncé qu’ils effaçaient largement l’ardoise du Soudan pour permettre son retour sur la scène internationale.

Fin juin, des centaines de manifestants ont demandé à Khartoum et dans d’autres villes la démission du gouvernement en raison des récentes mesures d’austérité.

A lire aussi

C’est le triplement du prix du pain en décembre 2018 qui avait déclenché les manifestations massives ayant mené à la chute d’Omar el-Béchir.

Par Kafunel avec AFP

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here