Une faille dans la technologie HDCP explorée par des hackers qui rendent public et gratuit l’accès aux bouquets TV. Sur les places de marché usuelles du Web, on peut trouver des dizaines de boîtiers pré-configurés et adaptés au goût des consommateurs français, avec accès à des centaines de chaînes en direct.

« J’ai acheté mon boîtier sur Internet pour 65 euros auprès d’un revendeur chinois. Une fois le colis reçu, je l’ai contacté par messagerie pour avoir les codes d’accès au bouquet TV. Le service est activé pour un an. Ensuite, je peux le prolonger pour un an supplémentaire en payant 30 euros », nous confie un utilisateur qui souhaite garder l’anonymat.

Pour récupérer tous ces flux en direct, ce n’est pas compliqué. « Ces acteurs exploitent une faille dans la technologie HDCP [High-bandwidth Digital Content Protection, ndlr], censée protéger l’interface de sortie HDMI. Ils cassent la protection, récupèrent le flux, le recompresse et le diffuse en streaming.

Compte tenu des outils disponibles en open source et des ressources matérielles du cloud, créer une telle infrastructure ne nécessite pas une grande technicité », nous explique Alain Durand, président de Content Armor, un éditeur spécialisé dans le tatouage numérique de contenus audiovisuels.

Prêchant pour sa paroisse, il pense que le watermarking est une bonne manière pour lutter contre ce phénomène. Cette technologie permet en effet d’identifier la source de captation et, le cas échéant, de révoquer le décodeur ou la carte d’abonné utilisé par les pirates.

Laisser un commentaire