Dès l’an prochain, l’entreprise d’Elon Musk compte développer un service de taxis à la Uber, mais avec des véhicules électriques totalement autonomes. 

Elon Musk aime les projets ambitieux. Et médiatiques. Le célèbre patron de Tesla et de Space X l’a démontré à plusieurs reprises avec des annonces fracassantes, qui font rêver de nombreux technophiles partout dans le monde. Et il vient encore à l’occasion d’une journée dédiée aux investisseurs en déclarant vouloir mettre en place dès 2020 un service de taxis à la demande, sur le modèle d’Uber ou de Lyft, mais avec des véhicules électriques complètement autonomes. Un pari fou, mais qui préfigure l’avenir selon le milliardaire. 

L’idée parait assez simple. il s’agit de proposer des voitures pour des trajets à la demande, via une appli en ligne, comme le fait Uber. Mais avec des véhicules sans chauffeur, ce qui constitue une véritable révolution.

Elon Musk reconnaît toutefois que de nombreux obstacles restent à franchir, notamment sur le plan législatif. Et s’il admet que certains Etats américains s’opposeront au projet, pour des questions de sécurité, il est certain que d’autres lui donneront l’occasion en mettre son projet en pratique, de façon à développer son service dans certaines parties des Etats-Unis. Car il n’est évidement pas question de le proposer en Europe avant plusieurs années, le temps que les lois acceptent ce mode de transport. 

Selon Elon Musk, certains modèles Tesla répondront en effet dès l’an prochain à la définition de conduite autonome de niveau 4 – la voiture se conduit seule, mais avec un humain au volant pour reprendre la main si nécessaire – voire de niveau 5 – conduite sans aucune présence humaine –, grâce à un nouvel ordinateur embarqué, en cours de développement, qui équipera tous les véhicules de la marque. 

Sur le plan économique, Elon Musk compte inciter les propriétaires des Tesla à mettre leur véhicule à contribution sur sa plateforme, en leur promettant un revenu annuel d’environ 30 000 dollars, l’entreprise devant s’octroyer une commission de 25 à 30 % sur les commandes.

Il a d’ailleurs expliqué que la mystérieuse caméra intérieure, située au-dessus du rétroviseur, était justement prévue pour surveiller les passagers à distance, en l’absence de chauffeur : un outil conçu pour rassurer les propriétaires craignant d’avoir des dégâts dans leur voiture.

Un projet digne d’un roman de science-fiction, à la différence qu’il est en train de se réaliser. Et pas uniquement chez Tesla, puisque Google vise le même but aux Etats-Unis avec Waymo. Rendez-vous dans quelques mois pour voir si la réalité a rejoint la fiction… 

Illustration : © Tesla

Publicités

Laisser un commentaire