La visite du président américain va porter en particulier sur les liens commerciaux avec Londres, qui souhaite ardemment signer un accord de libre-échange avec Washington après le Brexit prévu fin mars 2019.

Donald Trump est arrivé jeudi au Royaume-Uni où l’attendent de nombreuses manifestations, et a déjà mis les pieds dans le plat en critiquant Theresa May au sujet du Brexit.

Interrogé à Bruxelles à l’issue d’un sommet de l’Otan, le président américain a dit douter que les propositions de la Première ministre britannique sur la future relation commerciale avec l’UE, exposées jeudi, correspondent au vote des Britanniques en faveur d’un départ de l’UE.

« Je ne sais pas si c’est ce pour quoi ils (les Britanniques) ont voté. Les gens ont voté pour rompre » les liens avec l’UE, a commenté le président américain. Les propositions du gouvernement « répondent au vote des Britanniques », a répliqué Theresa May un peu plus tard.

Un accord de libre-échange. La visite du président américain va porter en particulier sur les liens commerciaux avec Londres, qui souhaite ardemment signer un accord de libre-échange avec Washington après le Brexit prévu fin mars 2019.

Évoquant une « relation spéciale avec les Etats-Unis », malgré une série d’accrocs depuis l’arrivée au pouvoir du milliardaire, Theresa May compte « entamer des discussions sur la manière dont nous façonnerons un partenariat commercial renforcé, ambitieux et durable ».

L’ambassadeur des Etats-Unis au Royaume-Uni, Woody Johnson, a assuré que Donald Trump voulait « conclure un accord bilatéral », et « vite ». Mais Nigel Farage, fervent partisan de la sortie du Royaume-Uni de l’UE, a prédit qu’il y aurait un « vrai clash » au sujet du Brexit.

« J’aimerais dire que je pense que cela va être une visite couronnée de succès mais je crois que cela va être très difficile », a-t-il dit à des parlementaires britanniques lors d’un rassemblement pro-Trump.

Des manifestations contre sa venue. Donald Trump assistera jeudi après-midi à une cérémonie militaire, avant de participer avec son épouse Melania à un dîner en présence de représentants du monde économique au palais de Blenheim, imposante résidence de campagne près d’Oxford.

Le couple passera la première nuit à Winfield House, résidence de l’ambassadeur américain située dans Regent’s Park, à Londres, où M. Trump s’attardera peu pendant sa visite.

Plusieurs manifestations sont prévues contre sa venue, près du palais de Blenheim ainsi qu’à Londres, où les protestataires se masseront à partir de la fin d’après-midi près de Winfield House, comptant bien faire le maximum de bruit.

Laisser un commentaire