Un faux policier condamné à 8 ans de prison pour viol

0
26
Un faux policier condamné à 8 ans de prison pour viol
Un faux policier condamné à 8 ans de prison pour viol

L’homme était jugé aux assises depuis lundi pour « viol, agressions sexuelles, harcèlement sexuel, immixtion dans une fonction publique, usage public d’insigne ou de document pouvant créer une méprise avec ceux de la police ».

Un homme de 35 ans a été condamné ce mercredi à 8 ans de prison pour avoir violé une étudiante et tenté d’agresser sexuellement une jeune femme à Nancy en 2017 en se faisant passer pour un policier, a appris l’Agence France-Presse (AFP) de source judiciaire.

La cour d’assises de Meurthe-et-Moselle a suivi les réquisitions de l’avocat général.

A lire aussi : Au Nigeria, les victimes de viols peinent à obtenir justice

Dans la nuit du 20 au 21 novembre 2017, Anthony Thiery, circulant sur un scooter, avait contraint une étudiante de 20 ans, au volant d’une voiture, à s’arrêter sur un parking en lui présentant une fausse carte de policier.

FIDAK 2019 : Une femme surprise dans les toilettes en train de faire une gâterie à une célébrité
FIDAK 2019 : Une femme surprise dans les toilettes en train de faire une gâterie à une célébrité

Il lui avait proposé d’effacer des infractions routières présumées, entraînant, selon lui, la perte de points sur son permis de conduire et l’immobilisation immédiate de son véhicule, en échange d’une fellation. Terrorisée, la jeune fille s’était exécutée.

L’accusé nie le viol

À la barre, l’accusé a nié le viol, parlant d’une relation sexuelle consentie. Dans son téléphone, les enquêteurs ont découvert des vidéos le montrant expliquer le code de la route, comme s’il s’entraînait à être crédible.

Le paysan viole la femme enceinte qui volait des melons dans son champ et ramasse 10 ans de prison
Le paysan viole la femme enceinte qui volait des melons dans son champ et ramasse 10 ans de prison

Quelques jours plus tard, il avait abordé une femme de 25 ans en utilisant le même mode opératoire, mais cette dernière avait refusé et lui avait proposé de l’argent. L’homme, alors veilleur de nuit, avait été interpellé le 26 novembre, puis incarcéré.

Il était jugé aux assises depuis lundi pour « viol, agressions sexuelles, harcèlement sexuel, immixtion dans une fonction publique, usage public d’insigne ou de document pouvant créer une méprise avec ceux de la police ».

Kafunel avec AFP

Laisser un commentaire