À peine un peu plus d’un mois après la double explosion qui a ravagé la capitale libanaise, un violent incendie touche ce jeudi le port. Un mois après les explosions à Beyrouth. C’était un violent incendie.

Un violent incendie frappe le port

Un impressionnant incendie touche ce jeudi le port de Beyrouth, un peu plus d’un mois après la double explosion qui avait sinistré la capitale libanaise. Le feu s’est déclaré dans un entrepôt où sont stockés de l’huile pour moteur et des routes de voiture.

Les images rappellent tristement la catastrophe qui avait détruit le port de Beyrouth, fait 192 morts et 6500 blessés, et laissé une large partie de la ville sinistrée, le 4 août dernier. Un peu plus d’un mois après le drame, le port de Beyrouth est à nouveau touché par un violent incendie, ce jeudi.

A lire aussi  Marché Central de Thiès ravagé par un violent incendie [vidéo]

Le feu s’est déclaré juste à côté de l’endroit d’où sont parties les explosions du mois d’août. Vers 16h30, soit plus de trois heures après le début de l’incendie, les pompiers, assistés par des hélicoptères, luttaient toujours contre les flammes.

L'incendie ce 10 septembre s'est déclaré juste à côté de l'endroit d'où étaient parties les explosions du 4 août. © BFMTV
L’incendie ce 10 septembre s’est déclaré juste à côté de l’endroit d’où étaient parties les explosions du 4 août. © BFMTV

L’incendie ce 10 septembre s’est déclaré juste à côté de l’endroit d’où étaient parties les explosions du 4 août. © BFMTV

Plusieurs internautes ont publié sur les réseaux sociaux des images des flammes et de l’impressionnant panache de fumée qui s’en dégage, visible depuis plusieurs quartiers de la capitale, alors que les Libanais, encore traumatisés, redoutent que le scénario du 4 août se reproduise.

Un violent incendie

Un entrepôt de stockage d’huile pour moteur et de roues

Dans un communiqué, l’armée libanaise a indiqué que l’incendie a pris dans la zone franche du port et a touché un entrepôt où sont stockés de l’huile pour moteur et des roues de voiture.

L’incendie « a commencé avec les bidons d’huile avant de se propager aux pneus », a déclaré le directeur par intérim du port, Bassem al-Kaissi, à une chaîne de télévision locale. « C’est soit à cause de la chaleur soit d’une erreur, il est encore trop tôt pour le savoir », a-t-il affirmé.

A lire aussi  Échange un violent de coups de pelles entre 2 ouvriers dans un chantier

« On était en train de travailler, et soudain il y a eu des cris, pour nous dire de sortir », raconte Haitham, un des employés de l’entrepôt touché par l’incendie de jeudi. « Il y avait des travaux de soudure en cours, puis les flammes se sont déclarées, on ne sait pas ce qui s’est passé », ajoute-t-il.

Les riverains appelés à s’éloigner

La Défense civile et l’armée sont en cours d’intervention sur place. Les riverains et les personnes présentes au port ont été appelées à s’éloigner du périmètre de l’incendie. La Croix-Rouge libanaise a fait état d’une personne blessée par suffocation.

Sur BFMTV, Dani Atrash, un habitant de Beyrouth a décrit ce qu’il voit depuis chez lui. « Je vois un énorme feu noir, vraiment gigantesque, on entend des hélicoptères de l’armée qui tournent, les routes sont presque vides, il n’y a plus personne dans la rue, car les gens sont traumatisés des explosions du 4 août », a-t-il expliqué, précisant que pour le moment, aucune odeur ne se dégage de l’incendie.

Selon les autorités, la double explosion du 4 août a été causée par 2750 tonnes de nitrate d’ammonium stockées sans mesures de précaution depuis des années au port.

Du nitrate d’ammonium retrouvé le 3 septembre

Jeudi 3 septembre, l’armée libanaise avait annoncé avoir découvert des conteneurs contenant plus de quatre tonnes de nitrate d’ammonium au port. Il n’a pas été précisé si ces substances chimiques faisaient partie des 2750 tonnes initiales.

Quatre-cent militaires français sont toujours présents à Beyrouth pour aider les Libanais à déblayer la ville après les explosions du début du mois d’août.

Laisser un commentaire