Etat enclavé de l’Afrique sahélienne, limité à l’ouest par le Sénégal, au nord par la Mauritanie, au nord-est par l’Algérie, à l’est par le Niger, au sud-est par le Burkina Faso, au sud par la Côte-d’Ivoire et au sud-ouest par la Guinée.

Au cœur de l’Afrique de l’Ouest, sans accès à la mer, le Mali, s’étend sur 1.240.000 km2, soit presque deux fois et demie la superficie de la France.

Entre le Sahel et la zone soudano-guinéenne, le Mali bénéficie d’un potentiel hydrographique unique grâce aux fleuves Niger (le «Nil occidental») et Sénégal, qui font des zones qu’ils irriguent les seules régions hospitalières d’un pays quasi désertique.

Composé d’un ensemble de plateaux et de petits massifs, le Mali, centré autour de la cuvette du Niger moyen occidental, s’étend au nord jusqu’au Sahara. Certaines zones ont un relief plus marqué.

En pleine zone saharienne, au nord-est de la cuvette du Niger, formée de plaines et de bassins couverts de sédiments (le Sahel), l’Adrar des Ifoghas, qui s’élève à 900 m, est un vieux massif cristallin appartenant au Hoggar.

Au sud-ouest, les plateaux du Kaarta et du Bambouk (région aurifère), ainsi que les monts du Kéniéba (qui culminent à 800 m), prolongent la chaîne du Fouta-Djalon. Au centre-ouest, le bassin du Macina abrite le delta intérieur du fleuve Niger.

Sur la façade méridionale de celui-ci, les falaises de Bandiagara dominent la plaine sur une longueur de 200 km et une hauteur de 200 à 400 m.

Les fleuves Niger et Sénégal sont les seules voies navigables traversant le Sahel. Ils apportent la vie dans des régions qui, sans eux, seraient désertiques.

Le Niger, un des plus grands fleuves africains, traverse le pays d’ouest en est, dessinant une grande boucle vers le nord, contribuant ainsi à atténuer le caractère aride du climat.

Sur le tiers de son cours malien, le Niger forme un delta intérieur irriguant le bassin du Macina, vaste plaine alluviale qui, en période de crue, devient une mer intérieure de plus de 30.000 km2; les sols, saturés d’eau, doivent y être drainés.

À l’ouest, le fleuve Sénégal, issu de la confluence du Bafing («fleuve noir») et du Bakoye («fleuve blanc»), crée un deuxième grand axe hydrographique.

Données géographiques Superficie du Mali: 1.241.238 km2 Pays frontaliers: Mauritanie, Algérie, Burkina Faso, Guinée, Niger, Côte d'Ivoire et Sénégal. Population malienne: 15 millions d'hab. Densité (habitants par km²): 12 Altitudes extrêmes Point le plus bas: Point le plus haut: Mont Hombori à 1.155 m. Plus long cours d'eau: Niger.
Données géographiques
Superficie du Mali: 1.241.238 km2
Pays frontaliers: Mauritanie, Algérie, Burkina Faso, Guinée, Niger, Côte d’Ivoire et Sénégal.
Population malienne: 15 millions d’hab.
Densité (habitants par km²): 12
Altitudes extrêmes
Point le plus bas:
Point le plus haut: Mont Hombori à 1.155 m.
Plus long cours d’eau: Niger.

Population

Vaste et peu peuplé, le Mali compte 9,9 millions d’habitants et connaît une très faible densité: 7,9 h./km2, soit moins que l’Arabie Saoudite.

Les régions de Tombouctou, de Gao et de Kidal, en fait toute la partie septentrionale du pays, occupent plus de la moitié de la superficie du pays et sont les moins peuplées (1,5 h./km2). Les villes installées sur le Niger, en revanche, abritent 22 % de la population.

Le taux de croissance de la population (3,1 %) est très élevé. Les jeunes de moins de 15 ans constituent près de 50 % d’une population, qui est essentiellement rurale (74,5 %); plus d’un tiers d’entre eux exercent déjà une activité professionnelle. Seule la capitale, Bamako (840.000 habitants), dépasse les 100.000 habitants.

Les autres villes importantes sont Mopti (78.000 habitants), Ségou (99.000 habitants), Gao (55.000 habitants), Sikasso (73.000 habitants), Kayes (67.000 habitants). Le Mali, par ailleurs, est un foyer d’émigration vers la Côte-d’Ivoire, le Sénégal, l’Afrique centrale et la France.

De nombreuses ethnies, déterminées par leurs langues différentes, sont représentées. Les Bambaras sont les plus nombreux (36,5 % de la population globale), devant les Peuls (13,9 %), les Sénoufos (9 %), les Soninkés (8,8 %), les Dogons (8 %), les Songhaïs (7,2 %), les Malinkés (6,6 %), les Dioulas (2,9 %), les Bwabas (2,4 %), les Touareg (1,7 %), les Maures ou Berbères (1,2 %).

La langue officielle est le français. Le bambara est, dans plusieurs régions, la langue véhiculaire.

La très grande majorité de la population (90 %) est musulmane. Les adeptes des religions traditionnelles sont 9 %, les chrétiens 1 %.

Laisser un commentaire