Histoire du monde d’Aristote : « La Terre est immobile au centre de l’Univers »

0
21
aristote Histoire www.kafunel.com le monde d'Aristote
aristote Histoire www.kafunel.com le monde d'Aristote
90 / 100

« La Terre est immobile au centre de l’Univers« , affirmait Aristote (384-322 avant J.-C.). Histoire du monde d’Aristote est notre sujet du jour. Dans cette rubrique des vacances de la rédaction, nous allons vous démontrer comment Aristote va en particulier développer un modèle physique, fondé sur l’observation et la perception intuitive des phénomènes. La conception de l’Univers du philosophe grec est basée sur 3 dogmes fondamentaux.

Aristote conçut l’Univers sur 3 dogmes fondamentaux

Aristote (384-322 avant J.-C.), disciple de Platon, précepteur d’Alexandre le Grand, peut sans doute être considéré comme le plus grand savant de l’Antiquité.

Son œuvre colossale, composée de plusieurs dizaines de volumes, abordera aussi bien l’astronomie, la physique que la botanique ou la médecine.

monde d'Aristote
monde d’Aristote

Aristote va en particulier développer un modèle physique, fondé sur l’observation et la perception intuitive des phénomènes, dont l’influence sera déterminante pour les siècles à venir.

Sa conception de l’Univers est basée sur 3 dogmes fondamentaux :

  • 1- la Terre est immobile au centre de l’Univers
  • ♦ 2- il y a séparation absolue ente le monde terrestre imparfait et changeant et le monde céleste parfait et éternel (la limite étant l’orbite de la Lune)
  • 3- les seuls mouvements célestes possibles sont les mouvements circulaires uniformes.

La Terre immobile est faite des quatre éléments eau, air, terre et feu.

Aristote pense même avoir « démontré » l’immobilité de la Terre avec un argument basé sur le fait que si la Terre était en mouvement nous devrions en ressentir directement les effets.

Pour ce qui est de la mécanique céleste, Aristote considérera un système de sphères centrées sur la Terre. La sphère extérieure est celle des fixes.

Ce système présentait cependant un défaut majeur, qui sera mis en évidence au siècle suivant.

S’il rendait en effet compte à peu près correctement des mouvements des planètes, il ne pouvait expliquer leurs variations d’éclat au cours de l’année, car dans ce modèle les planètes étaient supposées à une distance constante de la Terre.

Certes, Aristote aurait pu invoquer une variation intrinsèque de l’éclat des planètes, mais cela était incompatible avec son dogme sur la perfection et l’immuabilité des cieux.

Les premières mesures

Il semble qu’au 4ème siècle avant notre ère, Héraclide du Pont (388-310 avant J.-C.) envisagea que la sphère des fixes était immobile et que la Terre tournait autour de son axe, ce qui expliquerait le mouvement diurne des étoiles (mais les sources écrites sont ici très ténues et incertaines).

Au 3ème siècle avant notre ère Eratosthène (284-192 avant J.-C.) fit la première mesure précise du rayon terrestre : il utilisa le fait que l’ombre portée d’un bâton à midi faisait 7° 10′ le jour du solstice à Alexandrie alors qu’elle était nulle (le Soleil était au zénith) 800 kilomètres plus au sud à Syène sur le tropique du Cancer.

A lire aussi

Ce fut le premier calcul mathématique de mesure dans le système solaire. Il trouva ainsi 6500 kilomètres pour le rayon terrestre, soit une valeur remarquablement correcte.

A la même époque vécut Aristarque de Samos (310-230 avant J.-C.), dont l’œuvre est attestée par très peu de traces écrites. Il fut sans doute un des premiers à estimer (avec une remarquable précision) la distance Terre-Lune.

Aristarque est par ailleurs crédité pour avoir proposé un modèle héliocentrique du monde (mais le seul témoignage écrit est une phrase d’un manuscrit d’Archimède).

Au 2ème siècle avant notre ère vécut Hipparque (190-120 avant J.-C.), peut-être le plus grand astronome de l’Antiquité. Hipparque fut avant tout un grand observateur.

Il mis en évidence le phénomène de précession des équinoxes, qu’il estima être de 36 secondes d’arc par an (la vraie valeur est de 50 secondes).

Hipparque calcula également assez précisément la longueur de l’année tropique : 365 jours 5 heures 55 minutes 12 secondes (la vraie valeur était 365 jours 5 heures 48 minutes 46 secondes).

L’univers de Ptolémée

L’astronomie grecque va connaître son apogée au 2ème siècle de notre ère avec l’astronome alexandrin Claude Ptolémée (100-170).

copernic l'univers de Ptolémée
copernic l’univers de Ptolémée

Ptolémée va faire la synthèse de tous les travaux de ses prédécesseurs (en particulier Hipparque) et va les parachever en proposant un système physique et mathématique du ciel qui restera incontesté pendant près de 14 siècles.

Tous les travaux astronomiques de Ptolémée sont quasiment regroupés dans un seul ouvrage majeur, la « grande syntaxe mathématique », plus connu sous le nom que lui donnèrent les Arabes : l’Almageste.

L’Almageste reprend dans ses grandes lignes la vision aristotélicienne du monde physique, avec les mêmes dogmes et principes : dichotomie Terre/Univers, immobilité de la Terre, etc.

Le système héliocentrique de Copernic

Nicolas Copernic (1473-1543), un chanoine et astronome polonais, va remettre en cause le modèle géocentrique du monde de Ptolémée et d’Aristote dans un ouvrage publié l’année de sa mort : le « De Revolutionibus orbium caelestium ».

Le système héliocentrique de Copernic
Le système héliocentrique de Copernic

Cet ouvrage propose un modèle héliocentrique du monde, dans lequel tous les mouvements planétaires sont centrés sur le Soleil. Mais surtout, ce que Copernic va affirmer c’est que la Terre n’est ni immobile, ni au centre du monde.

Elle est en effet animée de 2 mouvements : l’un sur elle-même en 24h (qui remplace le mouvement de la sphère des fixes des Grecs anciens) et l’autre autour du Soleil en un an, faisant de la Terre une planète comme les autres.

Contrairement à ce que l’on croit parfois, Copernic ne va pas démontrer l’héliocentrisme, car il faudra attendre plus de 150 ans pour avoir une preuve du mouvement de la Terre.

L’argument de Copernic est que son modèle est plus simple, plus logique et plus « harmonieux » que celui de Ptolémée (même si dans le détail le fonctionnement mathématique du système copernicien est assez complexe).

Le De Revolutionibus, malgré son côté fondamentalement révolutionnaire, fut reçu avec relativement d’indifférence par les savants de l’époque.

Le géohéliocentrisme de Tycho-Brahe

Tycho Brahe (1546-1601) fut avant tout un observateur hors pair. Il construisit ses instruments lui permettant d’atteindre une précision de mesure inégalée (2 minutes de degré).

ticho_brahe le géohéliocentrisme de Tycho-Brahe
ticho_brahe le géohéliocentrisme de Tycho-Brahe

Il effectua des observations continues du Soleil, de la Lune, des planètes et des étoiles pendant trente ans et constata les erreurs des tables d’éphémérides de l’époque.

Il observa la supernova de 1572 ce qui sera le point de départ de la remise en cause de l’immuabilité de la sphère des fixes d’Aristote et de Ptolémée.

Il observa une comète en 1577 et, là aussi, il prit en défaut les théories d’Aristote : la comète n’appartenait pas au monde sublunaire et son orbite coupait celles des autres planètes. Il ne put mesurer de parallaxe annuelle des étoiles, ce qui lui fit adopter le système géohéliocentrique.

Le système de Tycho Brahe

Giordano Bruno (1548-1600) était plus un philosophe qu’un astronome mais il introduisit une vision du monde fondée sur un univers infini qui tranchait avec les idées admises alors.

Il défendit aussi l’idée de la pluralité des mondes habités autour des étoiles et celle que la Terre n’était pas le centre de l’univers, pas plus que le Soleil. Il se heurta à l’Inquisition, ce qui n’était pas prudent à l’époque.

les orbites elliptiques autour du soleil

Johannes Kepler (1571-1630), très grand calculateur et mathématicien, eut la chance de prendre la suite de Tycho Brahe dont il analysa les observations.

Galilee les orbites elliptiques autour du soleil
Galilee les orbites elliptiques autour du soleil

Kepler fut capable d’en déduire les orbites des planètes et d’énoncer les lois qui portent son nom et qui caractérisent ces orbites.

Il introduisit pour la première fois la notion d’orbite elliptique, rompant avec les sacro-saints mouvements circulaires uniformes érigés en dogme par les Grecs.

Kepler montra par ailleurs que les plans des orbites planétaires passaient par le Soleil et non par la Terre, ce qui contredisait un des postulats du géocentrisme.

Galilée (1564-1642) était d’abord un physicien et il étudia la mécanique et la dynamique des corps en mouvement.

Galilée établit la loi de l’inertie (tout corps non soumis à une force extérieure est animé d’un mouvement rectiligne uniforme et se trouve dans un référentiel que l’on nomme aujourd’hui « galiléen »).

C’est à la fin de l’année 1609 et au début de 1610 qu’il a l’idée de braquer une lunette d’approche récemment inventée et qu’il a construit lui-même vers le ciel.

Ses découvertes seront nombreuses et vont bouleverser la vision de l’univers de l’époque. Il observa des taches sur le Soleil, des cratères sur la Lune, les phases de Vénus, une multitude d’étoiles dans la Voie lactée et des satellites autour de Jupiter.

aristote Histoire www.kafunel.com le monde d'Aristote
aristote Histoire www.kafunel.com le monde d’Aristote

A lire aussi

Cette dernière découverte donnait le coup de grâce au géocentrisme. Il adhéra aux idées de Copernic et à l’héliocentrisme sans pouvoir le démontrer et ne considéra pas le géohéliocentrisme qui nous semble aujourd’hui être une étape incontournable dans l’élaboration d’un modèle d’univers.

Ainsi, au début du XVIIème siècle, on avait une vision de l’univers assez proche de la réalité.

Cependant, on ignorait complètement comment les mouvements observés pouvaient se faire. Il faudra attendre Newton et la gravitation universelle et la mécanique céleste pour pouvoir décrire tous ces mouvements par des théories dynamiques et non plus de simples modèles cinématiques.

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here