La foule d’émeutiers qui a pris le Congrès d’assaut rappelle les nombres de fois où le Capitole a été théâtre de violences meurtrières aux Etats-Unis d’Amériques.

Assaut sur le Capitole ces quatre autres fois où le Congrès américain a été attaqué
Assaut sur le Capitole ces quatre autres fois où le Congrès américain a été attaqué

L’assaut contre le Capitole a forcé la suspension de la certification de la victoire électorale de Joe Biden qui a eu lieu plus tard dans la nuit, lorsque les autorités ont réussi à libérer le Congrès.

Les images de manifestants prenant d’assaut le Congrès des États-Unis ont suscité de vives réactions dans le monde entier.

Assaut sur le Capitole : ces quatre autres fois où le Congrès américain a été attaqué

Cinq personnes sont décédées à la suite de l’attaque lancée par les partisans du président Donald Trump après que le président sortant s’est adressé à eux lors d’une manifestation à Washington DC.

Les manifestants sont ensuite entrés par effraction dans le bâtiment pour dénoncer ce qu’ils considèrent comme une fraude électorale dont il n’y a aucune preuve et qui a été rejetée par les juges dans tous les cas. Les parlementaires se réunissaient pour certifier formellement la victoire du démocrate Joe Biden.

Le président élu a qualifié l’attaque d' »insurrection », tandis que le vice-président sortant Mike Pence a déclaré que la violence avait été un « jour sombre dans l’histoire du Capitole américain ».

Mais ce n’est pas la première fois que le Congrès, considéré comme le cœur symbolique de la démocratie américaine, est touché par la violence.

A ne pas manquer :

  1. Le monde réagit aux « attaques contre la démocratie américaine »
  2. Assaut du Capitole : « si ces manifestants étaient noirs, on parlerait de plus de morts en ce moment »
  3. Trump jugé responsable des décès liés aux émeutes du Capitole

Des bombes aux invasions étrangères, voici quatre autres fois où le Capitole américain a été attaqué.


Les forces britanniques tentent de le brûler – 1814

L’attaque la plus célèbre fut peut-être celle des forces britanniques pendant la guerre anglo-américaine de 1812.

Les troupes britanniques, dirigées par le vice-amiral Sir Alexander Cockburn et le major-général Robert Ross, ont incendié, en août 1814, le Capitole, qui était encore en construction, après avoir envahi Washington DC .

C’était en représailles à l’incendie criminel déclenché par les Américains à York, la capitale du Haut-Canada, une province de l’Empire britannique dans le sud-est du Canada actuel, un an plus tôt.

Le bâtiment du Capitole a survécu grâce à une averse.

Les ruines du Capitole après l’attaque britannique.

Les ruines du Capitole après l'attaque britannique.

Les Britanniques ont également mis le feu à d’autres bâtiments emblématiques de la capitale américaine, dont la Maison Blanche.

L’attaque de 1814 fut la seule fois qu’une puissance étrangère envahit et occupa Washington DC.

En 2014, l’ambassade britannique à Washington s’est excusée après avoir tweeté une photo d’un gâteau de la Maison Blanche entouré de fusées éclairantes, « commémorant » l’incendie du bâtiment 200 ans plus tôt.

À la suite de l’attaque du Capitole mercredi, le sénateur démocrate du New Jersey, Cory Booker, a déclaré qu’il y avait un parallèle intéressant entre les deux événements, les deux attaques ayant été commises au nom d’un dirigeant individuel: en 1814 pour le roi d’Angleterre et maintenant au nom de Trump.

La police verrouille le Capitole américain après que les partisans de M. Trump aient franchi les lignes de sécurité

supermarchés-pris-dassaut-ce-lundi-matin
supermarchés-pris-dassaut-ce-lundi-matin

« Dans les deux cas, les principes démocratiques ont été abandonnés au profit d’un culte de la personnalité », a-t-il déclaré lors d’un discours au Congrès.

La différence, a-t-il dit, « est qu’alors c’était un autre pays qui nous a attaqués, et maintenant nous générons cet enfer de l’intérieur « .


Attaque à la dynamite du 4 juillet 1915

Un siècle après l’attaque britannique, Erich Muenter, ancien professeur d’allemand à l’université de Harvard, a fait sauter trois bâtons de dynamite dans la salle de réception du Sénat.

L’explosion a endommagé le bâtiment, mais personne n’est mort.

Muenter a déclaré plus tard que l’attaque était en réponse aux financiers américains qui ont aidé la Grande-Bretagne à affronter l’Allemagne pendant la Première Guerre mondiale.

Lire aussi

  1. Standing ovation pour Macron au Capitole
  2. Mort de George Floyd : « La même chose est arrivée à mon fils »
  3. Ces Américains qui croient encore que Donald Trump a gagné
  4. Tout savoir sur les élections américaines en 6 questions

Écrivant sous un pseudonyme dans le Washington Evening Star, Muenter a déclaré qu’il espérait que l’attaque « ferait assez de bruit pour être entendu au-dessus des voix qui criaient à la guerre ».

Et il a ajouté: « Cette explosion est un point d’exclamation dans mon appel à la paix. »

Un jour après l’attaque, Muenter a tiré et blessé le financier JP Morgan Jr. , avant d’être maîtrisé par Morgan Butler et arrêté.

Il a fini par se suicider.


Attaque des nationalistes portoricains – 1954

Le 1er mars 1954, quatre nationalistes portoricains sont entrés dans la galerie des visiteurs de la Chambre des représentants et, agitant le drapeau de l’île, ont crié «Liberté pour Porto Rico» en ouvrant le feu.

Cinq membres du Congrès ont été blessés.

« Je ne suis venu tuer personne, je suis venu mourir pour Porto Rico! » a crié la chef du groupe, Lolita Lebron, lors de son arrestation.

Lolita Lebron lors de son arrestation en 1954.

Lolita Lebron lors de son arrestation en 1954.
Lolita Lebron lors de son arrestation en 1954.

Lebron a été condamné à 50 ans de prison, tandis que les trois hommes qui l’accompagnaient ont été condamnés à 75 ans de prison.

Les peines ont ensuite été commuées par le président Jimmy Carter.

Carter a déclaré que la libération était « un geste humanitaire important et serait considéré comme tel par une grande partie de la communauté internationale ».

Le groupe a été acclamé par la foule à son retour à Porto Rico.


« Conspiration de la résistance » – 1983

Le 7 novembre 1983, une explosion a ravagé le deuxième étage du Sénat.

Quelques minutes plus tôt, quelqu’un prétendant appartenir à un groupe appelé l’Unité de résistance armée a appelé un standard au Capitole, avertissant d’une attaque.

Selon cette personne, l’attaque était en représailles aux actions militaires américaines à la Grenade et au Liban .

Il n’y a pas eu de blessés, mais l’explosion a causé d’importants dégâts.

Des voitures de police à l’extérieur du Capitole après l’attaque de 1983.

Des voitures de police à l'extérieur du Capitole après l'attaque de 1983.
Des voitures de police à l’extérieur du Capitole après l’attaque de 1983.

En 1988, des agents du FBI ont arrêté sept membres du groupe de gauche radical Resistance Conspiracy pour l’attaque du Capitole et des explosions séparées à Fort McNair et au Washington Navy Yard, en 1983 et 1984.

Linda Evans et Laura Whitehorn ont été emprisonnées pour complot et destruction malveillante de biens gouvernementaux en 1991.

Les deux sont désormais libres.

Lire plus

  1. Pro-Trump protesters storm the grounds of the US Capitol, in Washington, DC, USA, 06 January 2021.
  2. Émeutes au Capitole américain : les dirigeants du monde entier réagissent aux scènes « horribles » à Washington
  3. Donald Trump en un mitin en Georgia el 4 de enero de 2021
  4. Six questions pour comprendre comment les « rogue republicans » veulent renverser la victoire de Biden au Congrès
  5. The US Capitol has gone into lockdown amid violent clashes between police and Trump supporters, who broke security
  6. Capitole : l’instant où des manifestants pro-Trump envahissent le siège du Congrès américain

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here