Jeanne Moreau est née le 23 janvier 1928 à Paris. Fille d’un restau­ra­teur et d’une danseuse de music-hall d’ori­gine anglaise, elle a une petite soeur. Petite fille, elle se passionne pour les mots et la lecture. A l’ado­les­cence, pendant l’Oc­cu­pa­tion, la famille s’éta­blit dans une maison de passe, au-dessus d’un cinéma, près du quar­tier de Pigalle. L’un de leurs voisins est comé­dien et lui fait lire ses textes.

Jeanne Moreau 
Métier : actrice 
Signe : Verseau 
Date de naissance : lundi 23 janvier 1928  (age: 89 ans) 
Date de décès : lundi 31 juillet 2017  
Pays : France

Rapi­de­ment, elle commence à suivre les cours de théâtre de Denis d’Inès, en cachette de ses parents. En 1947, elle passe le concours d’en­trée au Conser­va­toire. Quelques mois plus tard, en septembre, débute au premier Festi­val d’Avignon dans La Terrasse du Midi de Maurice Clavel. 

En 1948, enga­gée comme pension­naire par Jean Meyer à la Comé­die-Française, elle y tient son premier rôle impor­tant, dans Un Mois à la Campagne de Tour­gue­niev. En 1950, la jeune comé­dienne inter­prète une pros­ti­tuée dans la pièce les Caves du Vati­can d’André Gide et remporte son premier grand succès. 

Lorsqu’on lui propose de deve­nir socié­taire, elle décide de quit­ter la Comé­die-Française. Elle rejoint la troupe de théâtre de Jean Vilar et devient la parte­naire de Gérard Philipe. Ensemble ils se produisent de nombreuses fois au Festi­val d’Avi­gnon. Paral­lè­le­ment, elle reçoit des propo­si­tions pour le cinéma et commence à tour­ner au début des années 50 (Meurtres, Touchez pas au grisbi). En 1954, Jean Dréville lui propose un rôle dans La reine Margot, dans lequel l’ac­trice appa­raît très dénu­dée. Le film remporte un vif succès et ce rôle de femme libre lui permet de se faire remarquer.

Les jeunes cinéastes de la Nouvelle vague s’in­té­ressent peu à peu à elle. En 1957, elle tourne Ascen­seur pour l’écha­faud de Louis Malle, qui la révèle au grand public. La même année les rôles s’en­chaînent; Trois jours à vivre, Echec au porteur, Le dos au mur.

jeanne-moreau-elevator-to-the-gallows-b
jeanne-moreau-elevator-to-the-gallows-b

En 1958, elle retrouve Louis Malle qui la dirige dans Les amants. Elle accède au rang de star et multi­plie les colla­bo­ra­tions pres­ti­gieuses; Roger Vadim (Les liai­sons dange­reuses), François Truf­faut (Jules et Jim), Jean-Luc Godard (Une femme est une femme), Orson Welles (Le procès) ou encore Luis Bunuel (Le jour­nal d’une femme de chambre).

Elle ajoute une corde à son arc, et prête égale­ment sa voix aux bandes origi­nales de film; Le tour­billon pour Jules et Jim en 1962 et Embrasse-moi pour Peau de banane en 1964. Par la suite, elle enre­gistre un album, Jeanne chante Jeanne en 1969.

Dans les années 70, Jeanne Moreau, encou­ra­gée par Orson Welles, passe derrière la caméra et réalise son premier film Lumière (1976). Elle réci­dive avec l’Adoles­cente en 1979. Durant cette décen­nie, elle s’illustre dans de nombreux fims; Chère Louise de Philippe de Broca (1972), Les Valseuses de Bertrand Blier (1974), ou encore Souve­nirs d’en France d’An­dré Téchiné (1975).

Actrice éclec­tique, elle ne cesse tout au long de sa filmo­gra­phie de décou­vrir diffé­rents univers. Elle varie les registres; tourne pour Jean-Pierre Mocky (Le Mira­culé), Luc Besson (Nikita), Laurent Heine­mann (La vieille qui marchait dans la mer), Wim Wenders (Jusqu’au bout du monde), Edouard Baer (Akoi­bon), François Ozon (Le temps qui reste)…

Dans les années 2000, Jeanne Moreau se trouve davan­tage vers le petit écran, elle devient l’une des actrices fétiches de Josée Dayan, pour laquelle elle tourne de nombreux télé­filmsLes Misé­rables, Les parents terribles, La comtesse de Casti­glione, Les rois maudits, Sous les vents de Neptune ou encore La mauvaise rencontre.

En 2008, elle fête ses 60 ans de carrière et joue sous la direc­tion d’Amos Gitaï et aux côtés de Juliette Binoche dans Désen­ga­ge­ment. En 2010, elle fait un retour remarqué à la chan­son avec Etienne Daho. Elle enre­gistre avec le chan­teur le Condamné à mort de Jean Genet, à l’oc­ca­sion du cente­naire de la nais­sance de l’écri­vain. En 2015, elle parti­cipe au tour­nage du film d’Alex Lutz, Le talent de mes amis.

Jeanne Moreau l 'immense comédienne n'est plus.
Jeanne Moreau l ‘immense comédienne n’est plus.

Icône du cinéma, Jeanne Moreau remporte le César de la meilleure actrice pour La vieille qui marchait dans la mer, de Laurent Heyne­mann en 1992. Sa carrière est récom­pen­sée d’un César d’hon­neur à deux reprises, en 1995 et 2008, ainsi que d’un Oscar d’hon­neur en 1998. En 2001, elle entre à l’Aca­dé­mie des Beaux-arts.

Côté vie privée, Jeanne Moreau a un fils, Jérôme, né en septembre 1949 de son union avec Jean-Louis Richard (1949–1951). Elle a été la compagne du réali­sa­teur Louis Malle, et de Tony Richard­son. En 1977, elle épouse en secondes noces le réali­sa­teur améri­cain William Fried­kin. Mais leur divorce est prononcé deux ans plus tard. L’ac­trice a partagé la vie du coutu­rier Pierre Cardin pendant plusieurs années.

Le 31 juillet 2017, l’ac­trice décède à son domi­cile pari­sien, à l’âge de 89 ans.

Publicités

Laisser un commentaire