Les États-Unis ont décidé de prêter leur concours au Sénégal dans ses efforts pour le recasement dans leurs villages des personnes déplacées par le conflit en Casamance.

« Le gouvernement des États-Unis a décidé de prêter son concours au gouvernement du Sénégal dans ses efforts visant le recasement, dans leurs villages, des populations déplacées par le conflit en Casamance », indique dans un communiqué l’ambassade américaine à Dakar.

A lire aussi  Casamance : Les travaux de réhabilitation du barrage d’Affiniam officiellement lancés

La même source souligne que le programme Démocratie, Droits et Gouvernance de l’USAID « a mobilisé des produits de première nécessité d’une valeur de 7 millions de F CFA en vue de contribuer à renforcer la santé et la sécurité des personnes revenant à Bissine et des citoyens de Singhère Diola venues se réinstaller à Kaour pour des raisons de sécurité ».

Le communiqué indique que « les produits distribués comprennent des kits alimentaires et des matériaux de base pour la construction d’abris temporaires ».

Selon la représentation diplomatique, « cette assistance, financée dans le cadre des projets Aliwili II et Saabuñinmaa de l’USAID, a été mise en place en réponse à une requête de M. Guedj Diouf, gouverneur de Ziguinchor ».

Dans cette requête adressée à l’ambassadeur américain, Dr Tulinabo Mushingi, l’autorité administrative avait sollicité « l’assistance des États-Unis pour la réinstallation de populations déplacées dans des zones récemment reconquises par l’armée sénégalaise ».

L’assistance comprend un mini-forage, des stations de lavage des mains, 5 tonnes de riz, 20 paquets de savon, 200 kg de sucre, 10 cartons d’eau de javel, 200 litres d’huile ; des seaux, des bassins, des matelas, des moustiquaires imprégnées d’insecticide et des superstructures de latrines ventilées ; des outils de coupe, des pelles, des bêches, des pioches, des râteaux ; des bâches pour abris et activités de transport, détaille le communiqué.

Cette assistance contribuera à « faciliter la réinstallation, dans le village de Bissine, commune d’Adéane, de 112 ménages déplacés et de 19 ménages originaires de Singhère Diola, commune de Kaour, désormais installés dans la ville voisine de Kaour ».

Casamance : Washington aide au retour des personnes déplacées

Le communiqué précise que les projets USAID/Aliwili II et USAID/Saabuñinmaa sont mises en œuvre respectivement par Catholic Relief Services et l’Union Régionale Santa Yalla.

Cité dans le document, le coordinateur du Comité de concertation pour le retour des populations déplacées, Malamine Diédhiou, a indiqué qu’il existe 14 villages déplacés, dont Singhère Diola, qui fait partie de l’arrondissement de Djibanar, commune de Kaour, et 13 autres, dont Bissine, dans l’arrondissement de Niaguis.

Le communiqué rappelle qu’en juillet, le gouvernement américain, par l’intermédiaire du Bureau de la population, des réfugiés et de la migration (PRM) du Département d’État, a également accordé une aide d’urgence via Shelter for Life qui soutient la réinstallation des rapatriés depuis trois ans, en partenariat avec Catholic Relief Services.

Ces nouveaux rapatriés avaient bénéficié de 300 mètres carrés de bâche pour le revêtement des abris, mais aussi de 40 lattes de palmiers et 10 cartons de produits anti-termites.

Les États-Unis soutiennent les initiatives de consolidation de la paix en Casamance, souligne le communiqué, relevant que dans les années 2000, l’USAID avait élaboré un programme spécial pour la Casamance.

A lire aussi  Un véhicule militaire saute sur une mine en Casamance, huit blessés légers (source militaire)

Ce programme s’est poursuivi jusqu’en 2006, précise la même source, ajoutant qu’en 2010, le gouvernement américain a commencé à « mettre en œuvre des programmes multisectoriels dans les domaines de la croissance économique, de l’éducation, de la santé et de la gouvernance ».

Selon le communiqué, « l’USAID a fourni aux communautés autrefois en situation de conflit des outils durables leur permettant de trouver des solutions mutuellement bénéfiques à leurs différends au lieu de recourir à la violence (…) ».

Laisser un commentaire