Cour suprême demande de Guinée Bissau met les pieds dans le plat. Elle exige une clarification. Ah oui ! Le discrédit du nouveau président élu au suffrage universel.

C’est une ombre a été jetée sur le résultat de l’élection présidentielle du 29 décembre en Guinée-Bissau alors que la Cour a appelé vendredi à une clarification du décompte du scrutin, quelques heures après que la commission électorale a publié les résultats définitifs.

Cour suprême mélange tout

L’ancien général et ex-Premier ministre Umaro Cissoko Embalo a été déclaré plus tôt ce mois-ci victorieux du scrutin, un résultat que le candidat du parti au pouvoir, Domingos Simoes Pereira, a contesté en dénonçant une fraude.

A lire aussi : L’opposition de Guinée-Bissau crie à la fraude

Dans sa décision, soutenue par cinq des huit juges, la Cour suprême demande à la commission électorale de clarifier les procédures de tabulation utilisées « afin de garantir la liberté et l’équité » du droit de vote.

Publicités

2 COMMENTS

  1. La Guinee Bissau est toujours dans un labirynthe politique.
    Qui est ce qui peut prouver la fraude electorale dans ce pays.

Laisser un commentaire