Le cuivre et le lithium, Minerais critiques, au cœur des nouveaux investissements en Afrique

0
6

Minerais critiques : le cuivre et lithium au cœur des nouveaux investissements en Afrique. Une étude menée par Africa Business+ et EY, « Critical minerals: The Pivotal Outlook », vient confirmer l’engouement autour de ces deux minerais critiques sur le continent. L’Afrique centrale et australe concentre les nouveaux projets d’exploration. Site de la mine de cuivre Frontier d’Eurasian Ressources Group, à Sakania, dans le sud-est de la RDC, près de la frontière avec la Zambie.

Cuivre et lithium au cœur des nouveaux investissements en Afrique

Les techniciens du centre WEEE démontent des appareils électroniques. Le fer et le cuivre peuvent être récupérés au Kenya, mais les métaux précieux doivent être traités hors d'Afrique
Les techniciens du centre WEEE démontent des appareils électroniques. Le fer et le cuivre peuvent être récupérés au Kenya, mais les métaux précieux doivent être traités hors d’Afrique

Avec 40 projets d’exploration dénombrés pour le cuivre et 19 pour le lithium, la mise à jour publiée, le mois dernier, de « Critical Minerals: The Pivotal Outlook », l’étude menée par EY et notre confrère Africa Business+, est sans appel : ces deux minerais critiques sont les véritables stars africaines du moment.

Ils sont suivis par le platine (14 projets), le nickel (13) et le graphite (11), qui complètent le Top5.

Ainsi désormais, d’après les données que nous avons pu consulter, toutes phases de développement confondues (exploration, développement, production, en suspens), le cuivre regroupe à lui seul 187 projets, soit près de 40 % de l’ensemble des projets minerais critiques tel que définis par les auteurs de l’étude en Afrique. Loin devant le platine (66) et le cobalt (60).

Ivanhoe, Kobold, ERG…

Kinshasa accuse Apple d’utiliser des minerais illégaux en provenance de RDC
Kinshasa accuse Apple d’utiliser des minerais illégaux en provenance de RDC

L’attrait actuel pour le cuivre et le lithium s’explique par la conjoncture très favorable, avec notamment un prix du cuivre frôlant les 10 000 dollars la tonne, se rapprochant ainsi du record historique de mars 2022 de 10 845 dollars.

Mais aussi par une tendance structurelle : métal conducteur, le cuivre est essentiel à la transition énergétique, les économies se détournant des énergies fossiles pour aller vers une électricité décarbonée.

→A lire 

Et l’Afrique est au cœur de cette course au métal rouge. Dernièrement, Ivanhoe Mines, société fondée par Robert Friedland, s’est lancée dans son exploration en Angola, alors que Kobold Metals, start-up soutenue par Bill Gates avec d’autres milliardaires, a annoncé une importante découverte de cuivre en Zambie.

En parallèle, Eurasian Resources Group a promis 800 millions de dollars pour relancer la mine de Comide en RDC, et le groupe MMG, 1,9 milliard, pour racheter le site botswanais de Khoemacau.

Le soutien américain au corridor de Lobito, chemin de fer reliant la RDC à la côte angolaise, s’explique pour sa part notamment par la nécessité de convoyer plus rapidement le cuivre vers les États-Unis.

La RDC concurrencée

Masque capillaire au café avec des vitamines
Masque capillaire au café avec des vitamines

La RDC n’est donc plus le seul pays du continent ciblé pour le cuivre. La Zambie et le Botswana le sont aussi, tout comme la « nouvelle frontière » qu’est l’Angola.

La Namibie, considérée comme un pays stable, est celui avec le plus de projets d’exploration sur le continent, tous minerais critiques confondus.

Toutefois, à l’image de la tendance actuelle, le cuivre et le lithium sont au cœur des recherches en cours dans cet État d’Afrique australe.

Le Zimbabwe possède l’une des plus grandes réserves mondiales de lithium ((ici une usine de traitement à Goromonzi, au nord-est du pays).

→A lire 

Est-ce également la stabilité dont jouit le Rwanda qui attire ?

Une brigade mixte pour sécuriser la Falémé ( Haut-Ccommissaire OMVS)
Une brigade mixte pour sécuriser la Falémé ( Haut-Ccommissaire OMVS)

Alors que les tensions entre Kigali et Kinshasa sont au plus fort, sur fond d’accusations de pillage des ressources (principalement l’étain, le tantale, le tungstène et l’or, mais pas les minerais dits « critiques » ciblés par l’étude Africa Business+ – EY), le Rwanda a su suscité l’intérêt.

Rio Tinto a conclu un accord pour explorer le potentiel en lithium du pays des mille collines, et l’Union européenne va collaborer avec Kigali dans les minerais critiques.

Mais, à l’heure où la recherche de nouveaux gisements majeurs de cuivre, lithium et autres minerais critiques bat son plein partout en Afrique, la compétition ne devrait pas se cantonner, dans les prochains mois, à Kigali et Kinshasa…

Une étude mise à jour tous les six mois

cuivre et lithium au cœur des nouveaux investissements en Afrique
cuivre et lithium au cœur des nouveaux investissements en Afrique

Fruit d’un travail conjoint entre Africa Business+ et EY, « Critical minerals: The Pivotal Outlook » est un tableau de bord inédit permettant de découvrir les projets majeurs du continent dans huit minerais essentiels à la transition énergétique : bauxite, cobalt, cuivre, graphite, lithium, manganèse, nickel et platine.

Constitué d’une carte interactive, d’un tableau et de graphiques dynamiques, cet outil détaille des éléments stratégiques sur ces projets : le statut actuel, l’actionnariat, le volume de ressources, de réserves et de production annuelle, ou encore la recherche ou non d’investissements par l’opérateur…

La mise à jour de « Critical minerals: The Pivotal Outlook » – exercice répété tous les six mois – donne un aperçu des tendances fortes dans les minerais critiques africains.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici