Deux individus agressent sexuellement une jeune fille et s’en félicitent ensuite. Dans la soirée du dimanche 11 avril 2021, une jeune fille âgée de 16 ans, a été victime d’un attentat à la pudeur dans la gare de Bruges. Les faits ont été commis par deux individus âgés d’une vingtaine d’années et filmés par les caméras de vidéosurveillance. La police a lancé un avis de recherche.

Deux individus agressent sexuellement une jeune fille et s’en félicitent ensuite

Vers 21 heures, une jeune fille de 16 ans veut prendre le train de Bruges en direction de Gand.

Lorsqu’elle arrive sur le quai, un individu passe son bras autour de la victime et l’attire contre lui pour qu’elle ne puisse s’échapper.

Il l’emmène au bout du quai et s’assied sur le banc. Il l’attire sur ses genoux, l’a maintient, enlève son masque buccal et l’embrasse.

À plusieurs reprises, la jeune fille lui dit qu’elle n’est pas intéressée mais tétanisée, elle n’ose pas s’enfuir. Au bout d’un moment, elle se lève mais l’auteur l’embrasse une nouvelle fois.

Finalement, il laisse partir sa victime qui rejoint un autre quai et qui en s’éloignant se retourne pour s’assurer qu’il ne la suit pas.

A lire aussi

Sur les images de vidéosurveillance, on voit clairement que l’auteur de l’agression était accompagné d’un complice, qui devait “monter sa garde”.

Avant les faits, les deux jeunes hommes se trouvaient dans le couloir de la gare, en bas des escaliers et étaient en train de discuter en regardant les passants.

C’est alors qu’ils ont repéré la jeune fille. Après l’agression, les deux individus se retrouvent et s’en félicitent en se tapant dans la main.

Avis de recherche

L’auteur est âgé d’une vingtaine d’années. Il est de corpulence normale et a les cheveux noirs. Il portait un pull vert foncé avec une bande blanche sur les manches et une inscription dans le dos, un pantalon noir et des baskets blanches.

Son comparse est de corpulence normale, a de courts cheveux noirs et une mèche courte.

A lire aussi

Il portait un pantalon de jogging noir de marque “Nike”, une chemise verte à carreaux, une veste noire, des baskets blanches et un masque buccal avec une tête de mort souriante.

Les deux auteurs sont suspectés d’autres faits similaires. Les enquêteurs invitent dès lors les autres éventuelles victimes à se manifester auprès de la police.

Rédaction 29-11-21, 08:59
Dernière mise à jour: 29-11-21, 10:59

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here