Une institutrice condamnée à de la prison avec sursis après la mort d’un élève allergique au lait . L’enfant de 6 ans avait mangé deux crêpes après le carnaval de l’école, en 2018 à Limas (Rhône), malgré son allergie au lactose.

« Tolère les traces. »

Trois mots qu’une institutrice, condamnée à du sursis mardi 15 septembre dans le Rhône, dit avoir mal interprétés en autorisant un de ses élèves, allergique au lait, à manger des crêpes. Il en était mort peu après.

L’enfant, également asthmatique, avait pourtant fait l’objet d’un projet d’accueil individualisé (PAI) spécifiant ses troubles de santé et les consignes à suivre en cas de problème.

Institutrice condamnée à de la prison avec sursis

La portée de ce document écrit, conservé dans la classe, a été au coeur du procès de Danielle Dampfhoffer, 59 ans, poursuivie pour homicide involontaire devant le tribunal correctionnel de Villefranche-sur-Saône.

Le 29 mars 2018 en fin d’après-midi, Jahden, 6 ans, scolarisé en grande section de maternelle dans une école de Limas (Rhône), a été victime d’un choc anaphylactique fatal alors qu’il rentrait chez lui à pied avec sa mère.

Une réaction allergique rapide

L’établissement fêtait le carnaval ce jour-là et, après un défilé, les élèves devaient manger des crêpes préparées le matin, avec du lait, par les agents de l’établissement. À la barre, l’enseignante relate avoir tiqué quand Jahden a demandé sa part.

« Tu ne dois pas en manger », assure-t-elle lui avoir dit. A quoi l’enfant aurait répondu : « Si, j’en mange chez moi » – des crêpes à l’eau, apprendra l’institutrice plus tard.

Elle a hésité puis lui en a donné deux, refusant qu’il en mange davantage, alors que les autres élèves en ont pris « sept ou huit ». La réaction allergique a été rapide.

Jahden s’est mis à tousser et a réclamé son bronchodilatateur, « comme souvent ». Plusieurs bouffées lui ont été administrées. La mère a été prévenue lorsqu’elle est venue chercher son fils.

Elle a pris le chemin de la maison avec lui, tandis que son état s’est rapidement dégradé. Il a été victime d’un malaise et est mort à l’hôpital.

A lire aussi
Rapport sur l’impact de l’accord UE/Mercosur : « C’est encore pire que ce qu’on pouvait imaginer sur la déforestation », alerte la Fondation Nicolas Hulot

Laisser un commentaire