Justice sociale, redistribution et développement humain, effets de la démocratie

0
86
Justice sociale, redistribution et développement humain, effets de la démocratie.++
Justice sociale, redistribution et développement humain, effets de la démocratie.++

La justice sociale, la redistribution du produit national, le développement humain, sont inhérentes à la démocratie.

Ces effets sociaux de la bonne  gouvernance politique et économique, procèdent de l’organisation institutionnelle de la liberté et de l’égalité par un pouvoir politique socialement représentatif, respectueux des droits fondamentaux de la personne et choisi au suffrage universel dans les urnes par le peuple souverain.

Ils sont sont consécutifs aux interventions politiques d’un État qui agit comme acteur de développement grâce à sa limitation  par les droits de l’homme.

A lire aussi : Au Nigeria, les victimes de viols peinent à obtenir justice

Le couple asynchronique investissement/redistribution dont dépend la redistribution équitable qui promeut l’élévation du niveau de la population se gère dans un système politique autonome au sein d’une démocratie pluraliste et dans une économie de libre marché orientée vers l’industrialisation.

Justice sociale, redistribution et développement humain, effets de la démocratie.+++
Justice sociale, redistribution et développement humain, effets de la démocratie.+++

L’indice de développement humain croît par le développement endogène qui n’est possible que si la démocratie transforme l’Etat en agent de développement dans le cadre de l’économie de marché.

Justice sociale en Côte d’Ivoire

La redistribution des produits de la croissance s’effectue efficacement et l’indice de développement humain s’accroît dans une société quand l’affrontement est structuré par  les principes démocratiques de citoyenneté, de représentation des intérêts sociaux, de limitation du pouvoir par les droits humains fondamentaux et que l’allocation du pouvoir s’effectue par les urnes.

Le rôle de l’Opposition politique définie comme actrice de ce projet global de la démocratie pluraliste aux côtés du Gouvernement dont elle constitue  le contrepoids architectonique en qualité de contre-pouvoir,  est d’interpeller le pouvoir au moyen d’une critique constructive et d’un programme concurrentiel alternatif d’intégration nationale.

Previous articleAvast va arrêter de vendre vos habitudes Web en 2020 (PDG)
Next articleEl Hadji Diouf: nous avons pris notre indépendance en 2002
Alexis Dieth, Docteur en philosophie de l’Université de Poitiers, est chercheur à Vienne (Autriche). Spécialiste de la philosophie morale et politique de Kant, il dispose d’une solide culture générale en épistémologie, en histoire, en sociologie et en psychologie. Disposant d’une expérience de 32 ans dans l’enseignement de la philosophie, durant lesquelles il a exercé la fonction de conseiller pédagogique, en Côte d’Ivoire, puis au Liban (International College of Beirut), en France et en Autriche, il met en partage ses réflexions lors de Séminaires, Colloques et Stages de formation ayant trait à la problématique du développement socio-économique et politique de l’Afrique, à l’inter-culturalisme, aux relations internationales et à la pédagogie. Il poursuit ainsi une carrière internationale dans laquelle, en tant qu'essayiste, chroniqueur et intellectuel engagé dans la construction de la démocratie, il s’efforce de saisir sans cesse l’essentiel de l’événementiel, pour penser l’émergence de l'Afrique. Formé à l’Université Nationale de Côte d’Ivoire et à l’Université de Poitiers en France, Alexis Dieth est franco-ivoirien. Le site de quelqu'un qui a le goût des autres surtout et de leurs différences avec une phrase fétiche en ligne de mire, en bandoulière voire en collier :-) "J'ai personnellement plus de plaisir à comprendre les hommes qu'à les juger".

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here