La Belgique doit extrader au Rwanda un ancien commandant de l’armée rwandaise, Bernard Ntuyahaga. Il lui est reproché d’avoir participé au génocide.


Il a décrit les efforts déployés pour le renvoyer au Rwanda comme une condamnation à mort, indiquant au site d’information belge La Libre que « si je vais à Kigali, la capitale du Rwanda, je serai un homme mort ».

A lire aussi : Ouverture à Bruxelles d’un procès en appel sur le Génocide rwandais

Il a déjà purgé une peine de 20 ans d’emprisonnement pour sa participation à la mort de 10 membres belges du personnel de maintien de la paix des Nations Unies au Rwanda en 1994.

Les meurtres ont déclenché le départ des soldats de la paix belges du Rwanda – un événement clé dans les événements qui ont conduit au génocide, au cours duquel environ 800.000 Tutsis et Hutus modérés ont été tués.

A lire aussi : Macron appelé à reconnaître le rôle de la France dans le Génocide rwandais

Ntuyahaga a été libéré d’une prison belge en juin mais est resté dans un centre de réfugiés alors qu’il cherchait asile en Belgique. Le Danemark, où vit sa famille, avait refusé de l’accueillir.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.