La stratégie polémique du Royaume-Uni. L’occasion fait le larron mais Coronavirus fait des confusion dans la gestion et prévention de la crise sanitaire , sans précédent, qui touche toutes les couches de la planète: qu’est-ce que « l’immunité collective », la stratégie évoquée en Grande-Bretagne?

Le gouvernement britannique est critiqué pour ses réponses apportées à la crise sanitaire, se basant notamment sur l' »immunité collective ».

De nouvelles mesures vont être prises.

Plus de la moitié de la population mondiale contaminée, pour mettre fin au Covid-19 ? C’est la stratégie favorisée un temps par le Royaume-Uni pour combattre l’épidémie mondiale et faire en sorte que la population finisse par être immunisée contre le service, et ainsi éviter un second pic de contamination.

Dans une Europe qui se barricade, l’idée défendue par les autorités britanniques est vivement critiquée.

Vendredi dernier, Patrick Vallance, conseiller scientifique du gouvernement britannique, évoquait cette idée d' »immunité collective ».

« Si vous supprimez quelque chose de très, très, dur, une fois que vous abandonnez les mesures prises, il va rebondir, et rebondir au mauvais moment », expliquait-il sur la BBC, affirmant que la stratégie du gouvernement britannique différait de celle adaptée par nombre de pays européens.

« Notre objectif est d’essayer de réduire le pic, de l’étaler, de ne pas le supprimer complètement », a poursuivi Patrick Vallance, insistant sur le fait que tenter de « supprimer » le virus avec des mesures trop répressives ne permettra pas d’endiguer la maladie.

« 40 à 70% » de la population touchés, selon les prédictions

Tandis que le Premier ministre britannique, Boris Johnson, a déjà prévenu sa population que beaucoup de familles vont perdre des proches prématurément, son conseiller scientifique plaide pour une diffusion lente du virus, tout en assurant la sécurité des personnes vulnérables, et a précisé que si 60% de la population était atteinte par le Covid-19, l' »immunité collective » pourrait fonctionner, et la population sera ainsi résistante à ce virus, comme pour les épidémies saisonnières. 

Ce lundi, 1395 cas de Covid-19 sont recensés au Royaume-Uni, 35 personnes en sont mortes. 

Des scientifiques ont établi des prédictions alarmantes: d’ici un an entre 40 et 70% de la population mondiale sera touchée par le virus. Ces chiffres ont été repris par les différents gouvernements. La chancelière allemande, Angela Merkel, a annoncé que 60 à 70% des Allemands seront concernés.

Dimanche, c’est le ministre de l’Education nationale, Jean-Michel Blanquer, répétant les prédictions des scientifiques, qui a estimé « que 50 à 70% de la population in fine finit par être contaminée par le virus, et c’est d’ailleurs ça qui met fin au virus puisque ça crée une forme d’immunité majoritaire, et donc le virus s’éteint de lui-même ».

La stratégie – L’immunité collective, de « la théorie »

De là à en faire une stratégie gouvernementale? Tandis que la France a fermé ses écoles, ses bars, ses restaurants, ses commerces, l’Allemagne a bouclé ses frontières, tout comme l’Autriche ou la Slovaquie, le gouvernement britannique est critiqué pour sa réponse passive à l’épidémie.

« Nous pouvons parler de théorie, mais pour le moment, nous sommes vraiment confrontés à une situation où nous devons envisager des mesures », a rétorqué samedi Margaret Harris, la porte-parole de l’OMS, sur la BBC

« Nous ne connaissons pas suffisamment la science de ce virus, il ne touche pas notre population depuis assez longtemps pour que nous sachions ce qu’il fait en termes immunologiques », a ajouté la porte-parole.

Dimanche, le ministre de la Santé britannique a assuré que « l’immunité collective » n’était pas une stratégie du gouvernement. 

« Les mesures que nous prenons, les mesures que nous envisageons de prendre, sont très, très importantes et elles perturberont la vie ordinaire de presque tout le monde dans ce pays afin de lutter contre ce virus », a assure Matt Hancock.

Une mesure de confinement des personnes âgées de plus de 70 ans va être mise en place, afin d’éviter que le système de santé ne soit surchargé. De nouvelles annonces doivent être faites ce lundi au Royaume-Uni.

Laisser un commentaire