La taille des doigts détermine l’orientation sexuelle chez les femmes (étude)

0
238
Chez les femmes, l'index et l'annulaire sont généralement de même longueur, tandis que chez les hommes, la différence est plus grande entre les deux.
Chez les femmes, l’index et l’annulaire sont généralement de même longueur, tandis que chez les hommes, la différence est plus grande entre les deux.

Les femmes dont l’index gauche et l’annulaire sont de longueurs différentes sont plus susceptibles d’être lesbiennes, selon une étude, .

A lire aussi : 
Condamnation d’un « couple de lesbiennes » pour mariage illégal à Kano (Nigeria)


Les scientifiques ont mesuré les doigts de 18 paires de jumeaux identiques de sexe féminin, dont l’une était hétérosexuelle et l’autre gay.

En moyenne, les lesbiennes, mais pas les jumelles du même œuf, avaient des index et des annulaire de tailles différentes, typiquement un trait masculin, mais seulement sur la main gauche.

Cela pourrait être le résultat d’une exposition à plus de testostérone dans l’utérus, selon les chercheurs de l’Université d’Essex.

Les scientifiques ont également mesuré les doigts de 14 paires de jumeaux identiques de sexe masculin, dont l’un était hétérosexuel et l’autre gay, mais n’ont trouvé aucun lien.

Les hommes et les femmes ont été exposés à l’hormone « mâle », la testostérone, dans l’utérus – mais certains peuvent être exposés plus que d’autres, selon les scientifiques.

Chez les femmes, l'index et l'annulaire sont généralement de même longueur, tandis que chez les hommes, la différence est plus grande entre les deux.
Chez les femmes, l’index et l’annulaire sont généralement de même longueur, tandis que chez les hommes, la différence est plus grande entre les deux.

A lire aussi : Margaret Court : « le tennis est rempli de lesbiennes »

A lire aussi : Ghana : gays, « citoyens de seconde classe »

A lire aussi : 20 personnes arrêtées en Tanzanie

L’auteur de l’étude, Dr Tuesday Watts, du département de psychologie de l’Université d’Essex, a déclaré que « les jumeaux identiques, qui partagent 100 % de leurs gènes, peuvent avoir des orientations sexuelles différentes, des facteurs autres que la génétique doivent expliquer ces différences ».

« Les recherches suggèrent que notre sexualité est déterminée dans l’utérus et dépend de la quantité d’hormone mâle à laquelle nous sommes exposés ou de la façon dont notre corps réagit à cette hormone ».

« Les personnes exposées à des niveaux élevés de testostérone étant plus susceptibles d’être bisexuelles ou homosexuelles ».

« En raison du lien entre les niveaux d’hormones et la différence de longueur des doigts, regarder les mains d’une personne pourrait fournir un indice sur sa sexualité. »

Les résultats sont publiés dans Archives of Sexual Behaviour

Publicités

Laisser un commentaire