Gilles Arsène Tchedji est un journaliste culturel sénégalais ou plutôt un journaliste culturel béninois qui exerce au Sénégal, bref c’est le béninois le plus ‘’sénégalisé ‘’ et l’une des plus belles plumes du pays.

A lire aussi : 
Portrait de Gilles Arsène Tchedji, réalisateur du documentaire « Abbé Jacques Seck, Prêtre musulman – Imam chrétien » . La passion personnifiée


Arrivé au Sénégal en 2002, il travaille au journal Le Quotidien où il a gravi tous les échelons. Homme de culture, touche à tout, après l’écriture il se lance aujourd’hui dans le documentaire avec son film consacré à l’Abbé Jacques Seck, ce prêtre musulman et imam Chrétien.

« J’ai fait ce film pour l’humanité »

Qui est Gilles Arsène Tchedji ?

Je suis le «Béninois le plus sénégalisé» au pays de la Téranga pour certains, et pour d’autres je suis «le journaliste Gnack dont la plume ne tremble pas ! » (Rire) Non !

Sérieusement, je suis journaliste reporter, Responsable du Desk Culture au Journal «Le Quotidien» à Dakar et spécialiste de la communication. Licencié en Sciences de l’information et de la communication de l’Institut Supérieur des Sciences de l’Information et de la Communication (ISSIC), j’ai également fait une  Maîtrise en Population Développement et Santé de la Reproduction (Ipdsr-Ucad), puis un Master II en Management et gestion des médias à l’Ecole Supérieur de Journalisme de Lille en France.

Depuis 2003, je travaille au journal Le Quotidien et je fais des consultances en communication pour plusieurs organisations et structures de la place à mes heures perdues.

Il y a quelques années, j’ai publié un livre aux Editions Maguilène de Alioune Badara Bèye, histoire d’immortaliser la mémoire de Monseigneur Pierre Sagna, qui a été évêque dans le diocèse de Saint-Louis. Je suis enfin Critique de cinéma et passionné de l’art africain contemporain.

Vous venez de finir un documentaire consacré à l’Abbé Jacques Seck. Pourquoi un film sur cet Abbé ?

Gilles Arsène TCHEDJI, réalisateur de L’Abbé Jacques SECK Prêtre musulman – Imam Chrétien
Gilles Arsène TCHEDJI, réalisateur de L’Abbé Jacques SECK Prêtre musulman – Imam Chrétien

Oui ! Ce film est intitulé : «Abbé Jacques Seck, Prête musulman, Imam chrétien». J’ai utilisé cette métaphore pour la première fois,  pour titrer un article que j’avais réalisé sur ce prélat d’exception.

Plus tard, j’ai vu que cette appellation lui collait bien et que j’avais vu juste, car tout le monde a adopté cette métaphore pour le désigner dans des publications ou sur des plateaux de télévision. Abbé Jacques Seck, comme vous le savez, est une icône de notre société.

Il est l’un des chantres, sinon le chantre du dialogue islamo-chrétien au Sénégal. Voilà un prêtre né d’une famille animiste, dont le père s’est converti à l’islam et plus tard sa maman s’est faite baptisée chrétienne. Il est le symbole même de la richesse du Sénégal qui s’est positionné comme un exemple à travers le monde de ce que doit être le dialogue entre les religions.

Jacques Seck, prêtre catholique, a fait des études en islamologie. Et à travers sa vie, il a su véhiculer un message d’amour, que ça soit en fréquentant les communautés musulmanes ou à l’autel de Jésus Christ.

Voilà un prêtre catholique qui a le courage, pendant qu’il célèbre la messe, de citer le Coran et de dire haut et fort que c’est un livre Saint et qui donne en comparaison ce que la Bible dit et qui se réfère au Coran.

Très peu de prêtres ont cette audace sacerdotale. Il faut l’avouer. C’est cela qui fait le charme de ce qu’il est pour nous. Voilà également un prêtre catholique que vous rencontrez et qui tient en main un chapelet chrétien sur lequel est gravé le mot «Allah».

Il n’y a pas meilleur exemple pour créer le pont entre les religions. Voilà encore un prêtre qui se balade avec la photo de Serigne Touba (Psl), en poche et qui reconnaît que cet homme est un saint parmi les saints. C’est tout cela qui m’a touché et fasciné.

C’est tout cela que j’ai observé et médité longuement et qui m’a poussé à réaliser ce film, histoire de le montrer comme un modèle, un exemple.

A l’heure où on parle d’islamisation, de radicalisation, de guerre de religions et où dans certains pays, on voit les chrétiens et les musulmans se faire la guerre, j’ai voulu ainsi apporter ma contribution à la nécessité de dialoguer et d’œuvrer pour la paix à travers le monde.

Et en partant de l’exemple du Sénégal, avec l’histoire de l’Abbé Jacques Seck en toile de fond, j’ai voulu dire au monde, voilà ce que le Sénégal a comme richesse sur le plan religieux et qu’il veut partager avec vous.

Publicités

Laisser un commentaire