Le général de division Kinfe Dagnew
Le général de division Kinfe Dagnew

Le conglomérat militaire éthiopien Metals and Engineering Corporation (METEC) est sous le feu des projecteurs dans le pays de la Corne de l’Afrique après qu’un documentaire télévisé a révélé que l’entreprise était impliquée dans le commerce illicite d’armes.


L’information a été diffusée par la télévision publique ETV et relayé par d’autres médias affiliés au gouvernement quelques heures seulement après l’arrestation de l’ancien chef de l’entreprise, le général de division Kinfe Dagnew, alors qu’il tentait de fuir au Soudan voisin.

A lire aussi : Qui est Abiy Ahmed, le nouveau Premier ministre de l’Ethiopie

Le document suggère, entre autres, que METEC a participé au transport d’armes vers la Somalie. Suleiman Dedefo, ancien ambassadeur d’Éthiopie à Djibouti, a déclaré dans le programme télé qu’en 2016, METEC aurait acheté deux vieux navires à Ethiopian Shipping Lines pour les démolir et les utiliser comme ferraille.

L’entreprise les a au contraire rénovés et utilisés pour transporter des armes et d’autres marchandises de contrebande entre l’Iran et la Somalie.

Il a dit qu’il avait écrit des lettres à plusieurs institutions gouvernementales, dont le Ministère éthiopien des affaires étrangères, au sujet de ces allégations, mais qu’il n’avait reçu aucune réponse. Sa lettre circule sur les médias sociaux.

Lundi, le procureur général d’Éthiopie, Berhanu Tsegaye, a annoncé qu’une vaste affaire de corruption avait été dévoilée à METEC après cinq mois d’enquête.

A lire aussi : Abiy Ahmed fait des pompes avec des soldats en colère

Il a déclaré que METEC avait effectué des achats à l’étranger, pour un montant total de 2 milliards de dollars US, sans aucune procédure d’appel d’offres.

En conséquence, 27 fonctionnaires de la société sont maintenant en état d’arrestation, a-t-il ajouté. Ni le Général de division Kinfe ni les responsables de METEC n’ont commenté les allégations.

Ces arrestations constituent la plus importante mesure de répression anti-corruption en Éthiopie, qui est désormais au rythme des réformes massives depuis l’arrivée au pouvoir du Premier ministre Abiy Ahmed il y a sept mois.

En août, M. Abiy a confié à METEC la construction du Grand barrage Renaissance en Éthiopie – un projet d’infrastructure de grande envergure pour endiguer le Nil – et l’a confié à des entreprises étrangères.

Publicités

Laisser un commentaire