Le Trésor américain a imposé des sanctions à la famille Gupta et à un associé pour corruption présumée en Afrique du Sud.

Les sanctions visaient les frères Atul, Ajay et Rajesh Gupta et l’homme d’affaires sud-africain Salim Essa.

Ils sont accusés d’utiliser leur amitié avec Jacob Zuma, l’ancien président de l’Afrique du Sud, pour tirer un profit financier et influencer les nominations ministérielles.

Les accusés ont nié tout acte répréhensible.

M. Zuma, qui a été contraint de démissionner de sa présidence en février 2018, a été accusé d’avoir supervisé un réseau de corruption pendant son mandat.

Il a été remplacé par son adjoint, Cyril Ramaphosa, qui a promis de lutter contre la corruption en Afrique du Sud.

Africa Live: plus d’informations à ce sujet et d’autres nouvelles
Afrique du Sud et la fable des Guptas disparus

Qui sont les Guptas?

Comment la marque Guptas est devenue toxique

« La famille Gupta a tiré parti de ses relations politiques pour se livrer à une corruption généralisée, capturer des contrats du gouvernement et détourner des avoirs de l’État », a déclaré Sigal Mandelker, sous-secrétaire au Trésor du Terrorisme et des renseignements financiers.

Le Trésor a déclaré que les sanctions viseraient le « clientélisme politique pay-to-play » des Guptas en Afrique du Sud, sans toutefois donner plus de détails.

L'ancien président sud-africain Jacob Zuma a été contraint de démissionner en février 2018

« Nous continuerons d’exclure du système financier américain ceux qui profitent de la corruption », a ajouté le Trésor.

Dans un communiqué, le ministère de la Justice sud-africain a déclaré que les sanctions garantiraient aux accusés « qu’il leur est interdit de mener des activités commerciales aux États-Unis ou avec toute entreprise américaine dans le monde ».

Les Guptas ont fui l’Afrique du Sud et vivraient à Dubaï.

Qui sont les Guptas?

Les frères Gupta sont une famille d’hommes d’affaires indiens.

Ils ont déménagé en Afrique du Sud en Uttar Pradesh, dans le nord de l’Inde, en 1993, alors que la domination de la minorité blanche prenait fin et que le pays s’ouvrait au reste du monde.

C’était de petits hommes d’affaires, mais leur société mère, Sahara Group – qui n’a aucun lien avec le géant indien du même nom – réalisait un chiffre d’affaires annuel d’environ 200 millions de rands (22 millions de dollars; 14,3 millions de livres sterling) début 2018.

Outre les ordinateurs, ils ont des intérêts dans les industries extractives, les transports aériens, l’énergie, la technologie et les médias.

Ils auraient rencontré le président Zuma il y a plus de 10 ans lorsqu’il était invité à l’une de leurs soirées.

Publicités

Laisser un commentaire