Contre l’obésité, la Banque mondiale recommande de taxer certains aliments

0
28
L'obésité, qui n'est plus seulement un problème des pays riches, a triplé depuis 1975 à l'échelle de la planète. Getty images/AFP/Justin Sullivan
L'obésité, qui n'est plus seulement un problème des pays riches, a triplé depuis 1975 à l'échelle de la planète. Getty images/AFP/Justin Sullivan

L’obésité, qui n’est plus seulement un problème des pays riches, a triplé depuis 1975 à l’échelle de la planète. La Banque mondiale appelle les pays pauvres et en développement, où vivent les trois quarts des adultes obèses, à taxer les aliments trop gras, trop sucrés ou trop salés.

Objectif : lutter contre le surpoids. Parce que cela a des conséquences pour la santé, mais aussi parce que cela affecte l’économie.

Dans les 15 ans qui viennent, les coûts liés au surpoids devraient atteindre 7 000 milliards de dollars rien que dans les pays en développement selon la Banque mondiale. L’un des postes de dépense : le système de santé.

En Amérique latine, particulièrement affectée par ce phénomène, le Brésil a dépensé moins de 6 milliards de dollars en 2010 pour soigner les maladies liées au surpoids.

Obésité, une malbouffe en chiffre

En 2050, cela pourrait lui en coûter plus de 10 milliards.

Aux dépenses s’ajoutent les manques à gagner, car selon la Banque mondiale, l’obésité réduit la productivité du travail pour différents motifs.

Aors pour lutter contre ce mal qui compte parmi les trois principales causes de décès dans le monde, la Banque mondiale ne plaide pas seulement pour des mesures fiscales.

obésité, la Banque mondiale recommande de taxer certains ...
obésité, la Banque mondiale recommande de taxer certains …

Elle enjoint aussi les gouvernements à développer des mesures de prévention et d’éducation, comme l’étiquetage des aliments.

Investir dans des programmes de nutrition pour la petite enfance ou déployer des voies piétonnes et cyclables ou des aires de jeux dans des écoles sont autant de pistes préconisées.

Investir aujourd’hui pourrait sauver plus de 8 millions de vies dans les pays les plus pauvres et générer 350 milliards de dollars de bénéfices économiques d’ici 2030.

 À lire aussi : Santé: l’obésité infantile explose dans le monde

Laisser un commentaire