De flagorneur à pourfendeur : Madiambal Diagne fusille Macky Sall et adoube Amadou Ba

0
9

De flagorneur à pourfendeur : Madiambal Diagne fusille Macky Sall et adoube Amadou Ba. Elle est subitement lointaine, l’époque où Madiambal Diagne tressait des lauriers à Macky Sall.

Madiambal Diagne fusille Macky Sall et adoube Amadou Ba

Revue de presse du 19 Mars 2024 sur Kafunel
Revue de presse du 19 Mars 2024 sur Kafunel

Le chef de l’État a opéré un virage à 180 degrés au profit du candidat qu’il avait choisi puis renié.

D’après les informations, il avait catégoriquement refusé de financer sa campagne. Et pire, il avait enfoncé le clou en appelant à voter pour Mahammad Dionne, qui a contesté le choix porté sur Amadou Bâ.

Errements de Macky Sall qui feront mal au candidat de Benno Casting, timing et coaching
Errements de Macky Sall qui feront mal au candidat de Benno Casting, timing et coaching

→ A LIRE AUSSI

Mais Macky Sall a tout oublié et a changé de discours vis-à-vis de Amadou Bâ. Dans sa chronique publié tous les lundis, Madiambal Diagne s’en prend à Macky Sall qui considère comme « perdant » dans son bras de fer avec Amadou Bâ.

Madiambal Diagne fusille Macky Sall et adoube Amadou Ba
Madiambal Diagne fusille Macky Sall et adoube Amadou Ba

→ A LIRE AUSSI

A son avis, l’amnistie qui a abouti à la libération de Ousmane Sonko et Cie est un « calcul erroné » de Macky Sall.

Pis, il qualifie les 12 de règne de Macky Sall de « beau bilan abîmé ». Plus loin, il cite Carlos Ghosn pour tacler Macky Sall : « quand on rate sa sortie, c’est aussi triste que de ne pas réussir sa mission ».

Il reproche à Macky Sall d’avoir voulu « torpiller le processus électoral, pour avoir demandé à sa majorité parlementaire et à son parti d’endosser toutes les initiatives de Karim Wade tendant à empêcher la tenue de l’élection présidentielle. »

Léna Sène quitte Karim Wade pour Diomaye Faye
Léna Sène quitte Karim Wade pour Diomaye Faye

→ A LIRE AUSSI

Mais dit-il pour s’en réjouir, « ils n’ont pas réussi, freinés par des institutions fortes de l’Etat du Sénégal. »

« Nous pouvons en féliciter qu’un chef d’Etat, tout puissant qu’il puisse être, ne peut pas confisquer le processus démocratique ».

Il rembobine: « (…) On ne peut être en rage de constater que le président Macky Sall, qui avait réussi à se tailler la plus belle des images en Afrique et dans le monde, arrive à devoir à raser les murs, simplement parce qu’il a tenté le mauvais coup ».

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici