Manifestation pro-Trump. Les bureaux de l’État et du comté fermés en raison de rassemblements électoraux pro-Trump prévus.

Les opérations au Capitole de l’État de l’Oregon à Salem s’arrêteront mercredi alors que les officiels se préparent aux foules et aux «dommages potentiels» lors des rassemblements prévus pour protester contre les résultats de l’élection présidentielle.

« Par mesure de précaution, les opérations au sein du Capitole seront fermées demain », ont déclaré des responsables de la législature de l’Oregon dans un courrier électronique adressé au personnel du Capitole mardi après-midi. « Avec beaucoup de prudence, la police de l’État de l’Oregon exhorte tous les occupants du Capitole à rester éloignés du bâtiment demain. »

Manifestation pro-Trump

Dans un tweet, la secrétaire d’État Shemia Fagan a ajouté que le bâtiment de la fonction publique au 255 Capitol Street NE et le bâtiment des archives au 800 Summer Street NE seraient également fermés au public et au personnel.

Des responsables du bureau du shérif du comté de Marion ont déclaré que le palais de justice serait fermé. Les responsables du bureau du procureur du comté de Marion ont déclaré que leur bureau fonctionnerait à distance et que la place du palais de justice sera également fermée.

Manifestations à Salem: plusieurs arrestations après des rassemblements de droite et antifascistes

Cherriots a annoncé la possible fermeture du centre de transit du centre-ville. En cas de manifestation, le service de transport en commun fonctionnera temporairement à partir du parking de Bush’s Pastu Park sur Mission Street, ont déclaré des responsables dans un tweet.

Des publications sur les réseaux sociaux ont annoncé un rassemblement prévu de 9 h à 13 h. et un autre de 13 h à 17 h, tous deux au Capitole. Les deux ont été planifiés de concert avec des rassemblements prévus à Washington, D.C., qui coïncideront avec le vote du Congrès pour certifier les votes du Collège électoral de l’élection présidentielle de novembre et déclarer le vainqueur du président élu Joe Biden.

CGT - Manifestants contre la réforme des retraites à Paris, le 29 janvier 2020. — Thibault Camus/AP/SIPA
CGT – Manifestants contre la réforme des retraites à Paris, le 29 janvier 2020. — Thibault Camus/AP/SIPA

Les manifestations à Washington, D.C. devraient attirer un grand nombre de partisans du président Donald Trump, y compris des théoriciens du complot, des milices et des membres du groupe extrémiste les Proud Boys, ce qui soulève des inquiétudes face à des affrontements violents.

La violence lors des récentes manifestations à Salem a préoccupé les responsables au niveau local.

Le 21 décembre, des manifestants s’opposant aux fermetures liées au COVID-19 ont brisé des portes vitrées du côté ouest du bâtiment du Capitole, ont arraché des bâches des reliefs en marbre sur les marches avant et ont tenté d’entrer dans le bâtiment lors d’une session législative spéciale. La manifestation a abouti à au moins six arrestations.

Manifestation du Nouvel An: des manifestants s’affrontent dans le centre-ville de Salem vendredi soir

Le jour du Nouvel An, la police a déclaré un rassemblement illégal lors d’un rassemblement dans le centre-ville de Salem, conduisant la police à utiliser des munitions non létales, y compris des flash bangs, pour disperser la foule après avoir séparé des groupes de manifestants opposés.

Le cortège des manifestants, jeudi 19 avril 2018 à Marseille
Le cortège des manifestants, jeudi 19 avril 2018 à Marseille

Pour l’événement de mercredi, les responsables de la police de Salem ont déclaré que si les manifestations au Capitole relevaient de la compétence de la police de l’État de l’Oregon, ils pouvaient fournir une assistance sur demande.

« L’aide peut inclure des patrouilles, des équipes de gestion des foules et des agents du SWAT déployés au Capitole ou dans les environs », ont déclaré des responsables de la police dans un communiqué.

Les autorités ont exhorté les habitants à éviter la zone autour du Capitole en raison d’éventuelles perturbations de la circulation.

Le journaliste de USA TODAY, Will Carless, a contribué à cette histoire.

Virginia Barreda est la journaliste de dernière heure et de sécurité publique du Statesman Journal. Elle peut être jointe au 503-399-6657 ou à [email protected] Suivez-la sur Twitter à @ vbarreda2.

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here