Vendredi, dès 7h30, 400 à 500 migrants sont montés dans des bus à destination de plusieurs centres d’accueil des Hauts-de-France, a indiqué la sous-préfecture de Dunkerque.

Une nouvelle opération d’évacuation du campement de migrants de Grande-Synthe dans le Nord, dont la population atteint désormais un millier de personnes, a été menée vendredi.

« Familles » et « personnes fragiles ».

Environ 400 à 500 migrants, essentiellement des « familles » et « des personnes fragiles » selon le sous-préfet de Dunkerque Éric Étienne, sont montés dans des bus à destination de plusieurs centres d’accueil des Hauts-de-France. Elles vivaient dans le secteur du Puythouck, un ensemble de lacs et de petits bois, régulièrement occupé par les migrants, et dont l’accès a été bloqué le temps de l’opération. Celle-ci a débuté vers 7h30 et a pris fin vers midi, dans le calme.

Cibler des passeurs

L’intervention, assortie de contrôles d’identité, ciblait également des « passeurs » qui « profitent de la misère humaine », a insisté Eric Étienne. La préfecture estime à « entre 800 et 1.000 » le nombre de migrants à Grande-Synthe, contre 1.300 selon les associations. Il s’agit très majoritairement de Kurdes irakiens.

La dernière opération « a porté ses fruits ».

 La dernière évacuation ne remonte qu’à trois semaines, le 6 septembre, avec la « mise à l’abri » selon les termes de la préfecture de 539 personnes se trouvant dans une « Jungle » insalubre à proximité de la gare de triage.  A cette date, la préfecture faisait état de la présence d’environ 500 migrants sur ce site. Pour la ville, ils étaient 800 au total sur la commune et les associations parlaient de 600 à 700 personnes. La préfecture explique que cette augmentation est due « essentiellement à de nouvelles arrivées » et que « l’opération du 6 septembre a porté ses fruits puisque les gens sont restés en centre d’accueil ».

L’Etat rejette tout « point de fixation ». 

Les associations partagent le constat d’une constante augmentation depuis le 6 septembre, mais font aussi régulièrement état de « retours » de migrants depuis les centres d’accueils. La situation est telle que le maire de Grande-Synthe, Damien Carême, s’est dit prêt à rouvrir le camp de la Linière, détruit par un incendie en 2017 et qui accueillait 1.500 personnes. Il réclame « des lieux de répit sur tout le littoral de la Manche et de la mer du Nord », comme Médecins du monde notamment, mais l’État rejette tout « point de fixation » et les discussions entre les parties se poursuivent.

Par Kafunel.com avec AFP

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.