Près de 100 personnes ont été tuées lors d’un attentat dans un village du centre du Mali, habité par l’ethnie Dogon, ont indiqué des responsables.

L’attaque a eu lieu à Sobame Da, près de la ville de Sanga, dans la région de Mopti.

La recherche des corps est en cours, mais les responsables affirment que 95 personnes ont été retrouvées mortes et que de nombreux corps ont été brûlés.

Il y a eu de nombreuses attaques au Mali ces derniers mois, certaines à caractère ethnique, d’autres perpétrées par des groupes djihadistes.

Les affrontements entre chasseurs Dogon et éleveurs peuls nomades sont fréquents.

Le gouvernement malien a déclaré que des « terroristes présumés » avaient attaqué le village vers 03h00 heure locale. Au moins 19 personnes étaient toujours portées disparues, a-t-il ajouté.

Le maire de Bankass, Moulaye Guindo, a déclaré à l’agence de presse Reuters que des Fulanis de ce district avaient attaqué Sobane Da après la tombée de la nuit.

« Une cinquantaine d’hommes lourdement armés sont arrivés en moto et en pick-up », a déclaré à l’AFP un survivant qui s’appelait Amadou Togo. « Ils ont d’abord encerclé le village, puis attaqué. Quiconque tentait de s’échapper était tué. »

« Personne n’a été épargné – femmes, enfants, personnes âgées », a-t-il ajouté.

Aucun groupe n’a officiellement déclaré qu’il était responsable de l’attaque.

« À l’heure actuelle, nous avons 95 civils morts. Les corps sont brûlés, nous continuons à en rechercher d’autres », a déclaré un responsable local à l’AFP.

Qu’est-ce que le conflit Dogon-Fulani?

Le peuple Dogon vit dans le centre du Mali depuis des siècles et vit comme un paysan est un mode de vie largement traditionnel.

En revanche, beaucoup de Peuls sont des éleveurs semi-nomades qui se déplacent sur de grandes distances en Afrique de l’Ouest.

malisobameda
malisobameda

Les frictions entre les agriculteurs et les éleveurs errants sur les ressources durent depuis longtemps – mais les affrontements entre eux se sont intensifiés depuis le soulèvement islamiste militant dans le nord du Mali en 2012.

Les deux parties accusent l’autre d’avoir perpétré des attaques au milieu des troubles.

Les Peuls, un groupe ethnique majoritairement musulman, ont été accusés d’avoir des liens avec le soulèvement islamiste. Pour leur part, les Peuls accusent une association d’autodéfense Dogon, Dan Na Ambassagou, de s’en prendre à eux.

Analyse: Une crise s’aggrave

Par Louise Dewast, correspondante pour l’Afrique de l’Ouest

Au Mali, de plus en plus de personnes pensent que la réponse (essentiellement militaire) à cette crise aux multiples facettes est inefficace et même contre-productive. Malgré la présence d’une importante mission de maintien de la paix des Nations Unies et de forces françaises déployées depuis 2013, l’insécurité s’est aggravée dans certaines parties du pays.

Selon International Crisis Group, le nombre d’attaques a été multiplié par quatre en mai 2019 par rapport à mai 2016. Dans son dernier rapport sur le pays, le groupe demande instamment au gouvernement d’engager un dialogue avec les militants afin de négocier des cessez-le-feu locaux et de faciliter l’accès humanitaire aux civils. dans le besoin.

Après un nouveau massacre de Fulanis en mars, de hauts responsables ont été limogés, des personnes sont descendues dans les rues – et le gouvernement au complet a démissionné en avril.

Cette attaque est-elle inhabituelle?

L’attaque de Sobame Da a tué environ un tiers de ses habitants.

En mars, dans la même région, plus de 130 villageois peuls ont été tués par des hommes armés portant les vêtements traditionnels des chasseurs Dogon.

En mars, plus de 130 personnes ont été tuées dans une attaque contre les villages d’Ogossagou et de Welingara.

Après l’attaque, le Dogon Dan Na Ambassagou a été interdit par le gouvernement du Mali.

Mais l’organisation, qui affirme être un groupe d’autodéfense et qui n’a rien à voir avec les tueries, a refusé les appels à la dépose des armes.

Dans un rapport daté du 31 mai , la mission des Nations Unies au Mali a déclaré que la situation en matière de sécurité dans le centre du Mali « continuait de se dégrader ».

Les affrontements entre les Dogon et les Fulani ont été « exacerbés par la présence de groupes extrémistes » et la région centrale a enregistré le plus grand nombre d’attaques contre des civils.

Des centaines de personnes ont été tuées jusqu’à présent cette année.

Quel effet le soulèvement islamiste a-t-il eu?

Il existe plusieurs groupes islamistes basés dans le nord du Mali. En 2013, ils ont saisi la moitié du pays et avançaient dans la capitale, Bamako.

La France, l’ancienne puissance coloniale au Mali et certains pays africains voisins, sont intervenus et ont repoussé les groupes islamistes vers leurs places fortes dans le désert du Sahara.

Avant les troubles, les différends entre les Fulani et les Dogon étaient souvent réglés par la négociation.

Mais le soulèvement – qui s’était étendu au centre du Mali en 2015 – a réduit le contrôle du gouvernement et augmenté la disponibilité des armes.

Publicités

Laisser un commentaire