« Le Covid-19 n’est pas une pandémie ». C’est du moins la thèse de ces scientifiques qui pensent que le coronavirus est un syndrome. Le coronavirus a un effet plus négatif sur les personnes qui souffrent de certaines maladies qui pourraient être évitées.

Au fil des mois, les mesures visant à prévenir la propagation de la Covid-19 ont été renforcées ou assouplies dans différentes parties du monde en fonction de l’augmentation ou de la diminution du nombre de cas.

Alors que de nombreux pays européens rétablissent les restrictions sur les activités sociales et ordonnent des quarantaines après avoir enregistré un nombre record de cas, la Nouvelle-Zélande, par exemple, a atteint son niveau d’alerte le plus bas.

Toutefois, cette stratégie de lutte contre le coronavirus est, de l’avis de nombreux scientifiques, trop limitée pour enrayer sa progression.

« Toutes nos interventions se sont concentrées sur la réduction des voies de transmission virale, afin de contrôler la propagation de l’agent pathogène », a récemment écrit Richard Horton, rédacteur en chef de la prestigieuse revue scientifique The Lancet, dans un éditorial.

Mais l’histoire de la Covid-19 n’est pas si simple.
Situation tendue en Guinée après la présidentielle
Le fondateur d’une unité de police nigériane contestée se sent « coupable »
Ces manifestants qui ont forcé le président à faire marche arrière au Nigeria
Le Nigeria dissout une unité de police controversée après des manifestations
L’Intelligence artificielle créent de fausses photos de femmes nues

D’une part, dit Horton, il y a le SRAS-CoV-2 (le virus qui cause la Covid-19) et d’autre part, un certain nombre de maladies non transmissibles. Et ces deux éléments interagissent dans un contexte social et environnemental caractérisé par une profonde iniquité sociale.

L'infection est beaucoup plus importante dans les communautés appauvries qui ne peuvent pas respecter les normes d'hygiène et la distance sociale.
L’infection est beaucoup plus importante dans les communautés appauvries qui ne peuvent pas respecter les normes d’hygiène et la distance sociale.

L’infection est beaucoup plus importante dans les communautés appauvries qui ne peuvent pas respecter les normes d’hygiène et la distance sociale.

Ces conditions, affirme Horton, exacerbent l’impact de ces maladies et nous devons donc considérer la Covid-19 non pas comme une pandémie, mais comme un syndrome.

Il ne s’agit pas d’un simple changement de terminologie : comprendre la crise sanitaire que nous traversons à partir d’un cadre conceptuel plus large ouvre la voie à la recherche de solutions plus appropriées.

Un plus un font plus que deux

Le terme de syndémie (néologisme qui combine synergie et pandémie) n’est pas nouveau.

Quel est l'effet de la covid 19 sur l'organisme -Capture
Quel est l’effet de la covid 19 sur l’organisme -Capture

Quel est l’effet de la covid 19 sur l’organisme ?

Il a été créé par l’anthropologue médical américain Merrill Singer dans les années 1990 pour expliquer une situation où « deux ou plusieurs maladies interagissent de manière à causer plus de dommages que la simple somme de ces deux maladies ».

« L’impact de cette interaction est encore facilité par les conditions sociales et environnementales qui soit rapprochent ces deux maladies d’une manière ou d’une autre, soit rendent la population plus vulnérable à leur impact », a déclaré M. Singer BBC Mundo.

Scientifiques qui pensent que le coronavirus est un syndrome

Un vaccin de 1921 peut-il sauver du Covid-19 ?
Pourquoi le coronavirus a été moins meurtrier en Afrique ?
Coronavirus: comment se protéger

C’est l’interaction avec l’aspect social qui fait que ce n’est pas simplement une comorbidité.

Singer a inventé le terme syndémie dans les années 1990.
Singer a inventé le terme syndémie dans les années 1990.


Singer a inventé le terme « syndémie » dans les années 1990.

Le concept est apparu lorsque le scientifique et ses collègues faisaient des recherches sur la consommation de drogues dans les communautés à faibles revenus aux États-Unis il y a plus de deux décennies.

Ils ont découvert que de nombreuses personnes qui s’injectaient des drogues souffraient d’un certain nombre d’autres maladies (tuberculose, maladies sexuellement transmissibles, entre autres), et les chercheurs ont commencé à se demander comment ces maladies coexistaient dans le corps, concluant que, dans certains cas, la combinaison amplifiait les dommages.

Dans le cas de la Covid-19, « nous voyons comment il interagit avec une variété de conditions préexistantes (diabète, cancer, problèmes cardiaques et de nombreux autres facteurs), et nous constatons un taux disproportionné de résultats négatifs dans les communautés pauvres, à faible revenu et de minorités ethniques », explique M. Singer.

Coronavirus en Guinée campagne électorale en temps de Covid 19-Capture
Coronavirus en Guinée campagne électorale en temps de Covid 19-Capture

Coronavirus en Guinée: campagne électorale en temps de Covid 19

Et des maladies comme le diabète ou l’obésité – facteurs de risque pour la Covid-19 – sont plus fréquentes chez les personnes à faible revenu, ajoute-t-il dans une conversation sur BBC Mundo avec Tiff-Annie Kenny, une chercheuse de l’Université Laval au Canada qui travaille dans l’Arctique avec des populations touchées par l’insécurité alimentaire, le changement climatique et des conditions de logement qui rendent difficile le respect des recommandations en matière de santé comme le lavage des mains ou le maintien de la distance sociale.

Mais n’est-ce pas le cas pour la plupart des maladies ? N’ont-elles pas le plus souvent un impact plus important sur les groupes ayant moins accès à la santé, à la nourriture, à l’éducation et à l’hygiène ? Ne sont-elles pas presque toujours renforcées lorsqu’elles sont associées à une autre maladie ou à une maladie de base ?

En ce qui concerne l’interaction biologique, ce n’est pas nécessairement toujours le cas, souligne le scientifique.

Cimetière à La Paz, Bolivie

La pandémie de covid-19 n'est pas seulement résolue par des moyens médicaux, estiment les scientifiques qui analysent la situation actuelle à partir du cadre conceptuel du syndrome.
La pandémie de covid-19 n’est pas seulement résolue par des moyens médicaux, estiment les scientifiques qui analysent la situation actuelle à partir du cadre conceptuel du syndrome.

La pandémie de covid-19 n’est pas seulement résolue par des moyens médicaux, estiment les scientifiques qui analysent la situation actuelle à partir du cadre conceptuel du syndrome.

« Il est de plus en plus évident que la grippe et le rhume sont contre-indémiques. En d’autres termes, la situation ne s’aggrave pas. Si une personne est infectée par les deux (virus), l’une (des maladies) ne se développe pas.

Quant à l’aspect social, l’élément clé dans le cas d’une syndémie est qu’elle ajoute l’interaction des maladies.

Changement de stratégie

Analyser la situation à travers le prisme de la syndémie, dit Kenny, nous permet de passer de l’approche épidémiologique classique du risque de transmission, à une vision de la personne dans son contexte social.

C’est une position partagée par de nombreux scientifiques qui estiment que pour ralentir la progression et l’impact du coronavirus, il est crucial de prêter attention aux conditions sociales qui rendent certains groupes plus vulnérables à la maladie.

Tout savoir sur les médicaments que Donald Trump prend
Covid-19 : pourquoi certaines personnes ne guérissent pas du coronavirus ?
Coronavirus : que savons-nous de l’artemisia?

« Si nous voulons vraiment mettre fin à cette pandémie dont les effets ont été dévastateurs pour les personnes, la santé, l’économie ou les futures pandémies de maladies infectieuses (nous les avons vues se succéder avec une fréquence croissante : sida, Ebola, SRAS, zika et maintenant covid-19), la leçon à en tirer est que nous devons nous attaquer aux conditions sous-jacentes qui rendent une syndémie possible », déclare M. Singer.

« Nous devons nous attaquer aux facteurs structurels qui rendent l’accès à la santé ou à une alimentation adéquate plus difficile pour les pauvres », ajoute-t-il.

« Le risque de ne pas le faire est que nous soyons confrontés à une autre pandémie comme celle de la Covid-19 dans le temps qu’il faut à une maladie existante pour s’échapper du monde animal et passer aux humains, comme cela a été le cas avec Ebola et Zika, et cela continuera à se produire alors que nous continuons à envahir l’espace vital de la faune sauvage, ou en raison du changement climatique et de la déforestation.

Le rédacteur en chef du Lancet, Richard Horton, est catégorique : « Quelle que soit l’efficacité d’un traitement ou la protection d’un vaccin, la recherche d’une solution purement biomédicale à la Cmovid-19 échouera.

Il conclut : « À moins que les gouvernements ne conçoivent des politiques et des programmes visant à inverser les profondes disparités, nos sociétés ne seront jamais vraiment à l’abri de la covid-19.

Coronavirus vivre de sa passion en plein confinement-Capture
Coronavirus vivre de sa passion en plein confinement-Capture

Coronavirus : vivre de sa passion en plein confinement

Laisser un commentaire