Etant au nombre de 1 115, les nouvelles recrues vont démarrer, ce jeudi, leur formation dans la Fonction publique. La cérémonie a débuté par un cours magistral qui avait comme thème « l’agent de l’Etat face au service public », pour ainsi rappeler aux futurs agents, les droits et les obligations du fonctionnaire. C’était en présence du Ministre de la Fonction publique, Mariama Sarr.

Selon le ministre, cette nouvelle formule consiste à former ces agents avant de les affecter. Par ailleurs, elle a dicté les critères de sélection pour être éligible.

« Le recrutement se base sur des besoins des ministères et des départements ministériels parce qu’il y a souvent des départs comme les retraites, les démissions, les radiations pour cause de décès, entre autres. L’entrée, c’est le fait qu’on recrute, qui intègre la Fonction publique comme agent de l’Etat. C’est sur cette base qu’on a les quotas définitifs », a-t-elle précisée.

A en croire Mme Sarr « la fonction publique a le rôle d’identifier tous ces départs et de faire une note au Premier ministre (auparavant), qui demande au ministre de l’Economie, des Finances et du plan d’alors pour voir si recruter autant de personnes en guise de remplacement va être supporté par le Budget. Et le ministre des finances donne son avis de non objection, c’est-à-dire qu’il donne l’accord pour qu’on puisse recruter. A la suite de cela, nous recevons du Premier ministre une autorisation de recruter. C’est en ce moment qu’on fait des courriers à chaque département ministériel pour lui demander les profils dont il a besoin ».

Le ministre de la Fonction publique est revenue sur les attentes à l’issu de cette formation.

« Le Sénégal est dans une ère de réforme, vous vous souvenez la dernière fois, le Président avait procédé au lancement du programme d’appui à la modernisation de l’Administration publique. Ce programme a une composante nommée professionnalisation des ressources humaines et une autre composante nommée amélioration de la qualité du service. Rien que ces deux composantes pouvaient faire penser à ses séries de formations. Mais, c’est le président de la République qui nous a instruit de procéder désormais après chaque recrutement à des formations avant de remettre les actes d’engament et d’affectations ».

A rappeler que ce projet entre dans le cadre du Programme d’appui à la modernisation de l’Administration (PAMA) qui a pour ambition de renforcer l’Administration afin qu’elle joue un rôle d’impulsion dans la réalisation des objectifs du Plan Sénégal émergent (PSE).

Publicités

Laisser un commentaire