Seydou Diouf, le président en exercice de la Fédération sénégalaise de handball (FSH), a fait part samedi de son intention d’être candidat à ce poste, lors de la prochaine assemblée générale.

‘’Oui, je serai candidat à ma succession pour continuer le travail démarré, puisque les chantiers restent très importants’’, a dit M. Diouf dans une interview avec les journalistes membres de l’Association nationale de la presse sportive.

Député et président de la commission chargée de l’économie et des finances à l’Assemblée générale, il dirige la FHS depuis 2009.

L’assemblée générale prévue en 2019 pour le renouvellement du bureau de cette fédération avait été reportée en avril dernier en raison d’un calendrier national et international très chargé.

La Fédération sénégalaise de handball, de concert avec le ministère des Sports, réfléchit à une nouvelle date pour l’élection des membres du bureau exécutif de la FSH, qui n’a pas pu se tenir en avril en raison de la pandémie de coronavirus, a expliqué Seydou Diouf.

Seydou Diouf sera candidat à sa propre succession
Seydou Diouf sera candidat à sa propre succession

Il dit miser seulement sur son bilan pour se faire réélire. Il déclare avoir entamé un programme qui a permis de constituer une sélection nationale féminine compétitive, qui a pris part aux Championnats du monde de handball, en décembre dernier, au Japon.

Seydou Diouf sera candidat à sa propre succession

Les résultats obtenus par l’équipe nationale féminine au Japon ont généré des fonds qui vont permettre de construire des centres nationaux d’entraînement pour les filles et les garçons pratiquant le handball, selon le président de la FSH.

M. Diouf estime que le Sénégal est mieux connu à la Fédération internationale de handball et à la Confédération africaine handball, grâce au programme que la fédération locale est en train d’exécuter sous sa direction.

A lire aussi  Seydou Gueye: « Ousmane Sonko a utilisé le jargon habituel du terrorisme et du jihadisme »

Il dit avoir constitué une sélection féminine nationale ne comprenant que des handballeuses expatriées, ce qui, à son avis, est le seul moyen d’avoir de bons résultats lors des compétitions internationales.

‘’Et à moyen terme, nous allons travailler sur le plan local, pour organiser régulièrement des compétitions et former les jeunes pensionnaires de notre académie’’, a-t-il promis, se réjouissant que des joueuses locales aient été intégrées dans la sélection féminine qui a pris part aux Championnats du monde 2019.

Laisser un commentaire