La Casamance, le Sénégal et d’autres pleurent encore la barbarie de Bayotte. L’incident est dénoncée de partout avec la dernière énergie. La vague de condamnations et de compassions ayant suivi la tragédie survenue, samedi dernier, à Boffa, dans l’arrondissement de Niassya (région de Ziguinchor), se poursuit.

Outre les personnalités politiques et de la société civile, des pays amis et des corps constitués de premier plan ont unanimement fait part de leur peine et exprimé leur solidarité au Sénégal.

Me Sidiki Kaba, ministre des affaires étrangères : « cet acte odieux et lâche ne saurait rester impuni »

Le ministre des Affaires étrangères s’est dit hier, à Tambacounda, peiné du massacre de 13 jeunes en Casamance. Pour Me Sidiki Kaba, cet acte odieux et très lâche, ne saurait rester impuni.

Me Sidiki Kaba, ministre des affaires étrangères
Me Sidiki Kaba, ministre des affaires étrangères

L’assassinat de 13 jeunes en Casamance par des personnes non encore identifiées a été perçu par Me Sidiki Kaba comme « un acte odieux et très lâche, qui ne saurait rester impuni ». Le ministre des Affaires étrangères, très peiné, faisait face à la presse dimanche.

C’était en marge de la finale des phases régionales de l’Orcav dont il était le parrain. Pour Me Kaba, « l’Etat du Sénégal est en train de prendre toutes les mesures idoines pour que cet acte barbare et très odieux ne reste pas impuni ».

« C’est avec beaucoup de peine que nous avons appris la violente attaque qui a occasionné la mort de 13 jeunes », s’est désolé Sidiki Kaba.

Dès l’annonce de la nouvelle, a informé Me Kaba, « l’armée s’est tout de suite déployée pour quadriller la zone afin que les auteurs de ce crime barbare soient appréhendés ».

Selon lui, « l’Etat mettra tout en œuvre pour que les auteurs soient identifiés et traduits en justice ». Me Sidiki Kaba s’est incliné devant la mémoire des disparus et a, par la même occasion, présenté ses condoléance aux familles éplorées.

Ismaila Madior Fall, Ministre de la Justice: « L’enquête est en cours »

Le ministre de la Justice a informé, hier, en marge de la cérémonie de présentation de la circulaire sur la présence de l’avocat dès l’interpellation, « qu’une enquête est en cours » sur la tuerie survenue le 6 janvier dernier à Bayotte (Casamance).

Ismaïla Madior Fall a aussi fait savoir que le ministère qu’il dirige va « évaluer la situation de la politique pénale dans la région (Casamance), notamment en matière de trafic de bois, et va prendre toutes les dispositions pour qu’il y ait une répression de ces activités qui va se fonder sur les dispositions de la loi ».

La France présente ses condoléances…

La République française, via le Quai D’Orsay, compatit à la douleur qui a frappé le Sénégal. Dans une déclaration de presse, le porte-parole adjoint du ministère de l’Europe et des Affaires étrangères français présente les condoléances du Président Emmanuel Macron suite à l’assassinat de 13 personnes en Casamance.

« La France s’associe au deuil national au Sénégal et présente ses condoléances aux familles des victimes », souligne le texte. Pour la France, « ce drame rappelle la nécessité d’une stabilisation durable de la Casamance, dans le cadre du dialogue proposé par l’Etat sénégalais ».

La Gambie condamne ce crime « odieux et ignoble »

La République sœur de Gambie, par l’entremise de son ministère des Affaires étrangères, de la Coopération internationale et des Gambiens à l’étranger (ministry of Foreign Affairs, International Cooperation and Gambians Abroad Monday ), dans un communiqué en date du 8 janvier, dit « condamner fermement le crime odieux et ignoble perpétré par des criminels armés qui a abouti à l’assassinat de 13 civils innocents dans la région de la Casamance, au sud du Sénégal ».

Après avoir présenté ses condoléances aux familles des victimes, ledit ministère réaffirme sa volonté de « collaborer étroitement avec l’Etat du Sénégal, pour une paix définitive dans la région sud du pays ».

Les femmes de BBY solidaires du Chef de l’Etat

Le Directoire de la Coordination nationale des femmes de « Benno Bokk Yakaar » a exprimé « sa stupéfaction et sa consternation » suite au massacre survenu dans le sud du pays ainsi que « leur solidarité agissante » au Président Macky Sall qui, dans son adresse à la Nation du 31 décembre dernier, a réitéré « la nécessité de consolider la paix en Casamance ».

Elles présentent ainsi « leurs sincères condoléances au peuple sénégalais et particulièrement aux familles des victimes ».

Considérant que le Président de la République, « dès son avènement à la tête du pays, a fait du retour définitif de la paix en Casamance une priorité, une paix sans vainqueur ni vaincu », elles en déduisent que « ses efforts ont conduit à la baisse du conflit et des avancées significatives pour la paix ».

En outre, convaincues que « le processus de paix en Casamance est véritablement en marche », les femmes de «Bby» soutiennent que « la décision qui avait été prise par le Chef de l’Etat d’entamer sa politique de territorialisation par la Casamance témoigne à suffisance de sa volonté d’installer la paix définitive dans la belle région du sud ».

Aussi, son appel solennel dans son adresse à la Nation de la Saint-Sylvestre « doit interpeller tous les acteurs du processus, en particulier les populations ».

Condamnent vigoureusement cet « acte ignoble » perpétré contre de paisibles citoyens, elles n’en saluent pas moins tous les « actes positifs posés » par le Président Macky Sall, lui témoignent de « leur solidarité en ces douloureux moments » et l’encouragent dans « sa volonté d’instaurer définitivement la paix en Casamance, une région économiquement et culturellement riche ».

En sus, les femmes de « Bby » magnifient « le courage et l’efficacité » des forces de défense et de sécurité « qui font un travail remarquable ». Enfin, elles en appellent à « l’esprit de responsabilité et d’unité autour du Président de la République, du gouvernement, des différents services spécialisés et notamment à la population ».

La collectivité Léboue exprime sa désolation

Le Grand Serigne de Dakar, Pape Ibrahima Diagne, chef supérieur de la Collectivité léboue, ambassadeur Itinérant auprès du Chef de l’Etat, et toute la Collectivité léboue, dans un communiqué, expriment « leur désolation et leur profonde tristesse au Sénégal endeuillé suite à l’acte ignoble d’assassinat qui a entraîné la mort de 13 jeunes en Casamance et des blessés le samedi 6 janvier 2018 ».

« Toute la collectivité léboue s’incline pieusement devant ces dignes jeunes lâchement assassinés, arrachés à notre affection », poursuit le texte. Sur ce, le Grand Serigne de Dakar dit prier pour le repos de leur âme.

Et au nom de la Collectivité, Pape Ibrahima Diagne condamne, avec la dernière énergie, cette barbarie sanglante. En cette circonstance douloureuse, il adresse « ses condoléances attristées à toute la nation sénégalaise et aux familles éplorées ».

Sur celte lancée, il « interpelle l’Etat, les acteurs politiques, les chefs religieux et coutumiers, la société civile, entre autres forces vives de la Nation, à s’impliquer davantage pour la consolidation de la paix en Casamance et à s’atteler résolument pour le développement de cette belle région du Sud ».

And-Jëf/Pads-A condamne le sabotage du processus de paix »

Landing Savané, Le secrétaire général de And-Jëf/Pads-A
Landing Savané, Le secrétaire général de And-Jëf/Pads-A

Le secrétaire général de And-Jëf/Pads-A, Landing Savané a, dans un communiqué, rappelé que « la Casamance a été la cible d’un assassinat d’une atrocité sans précédent qui a coûté la vie à 13 jeunes Sénégalais et Bissau-guinéens ».

Selon lui, ce carnage est survenu une semaine seulement après l’annonce de la main tendue du chef de l’Etat au Mfdc pour arriver à une paix définitive après cinq ans d’accalmie, d’espoir, de retour de populations exilées et de reprise de la vie économique en Casamance.

And-Jëf/Pads-Authentique, qui réprouve et condamne avec la plus extrême vigueur ces attaques aveugles, odieuses et de sabotage, présente ses condoléances attristées au président Macky Sall, au gouvernement et au peuple sénégalais.

Il s’incline devant la mémoire des victimes, exprime sa compassion et sa solidarité aux familles endeuillées et souhaite un prompt rétablissement aux blessés. Landing Savané et ses partisans saluent le courage et la détermination des forces de défense et de sécurité du pays et renouvellent leur plein soutien et leur solidarité au gouvernement dans sa quête quotidienne de la paix en Casamance.

Moustapha Guirassy et ses amis consternés

Dans un communiqué rendu public, Moustapha Mamba Guirassy et ses partisans ont dit leur « consternation et tristesse », suite à « l’assassinat de compatriotes civils innocents à la fleur de l’âge par des bandits armés ».

Refusant de s’incliner devant la violence gratuite et la haine, Sud a indiqué que « (ses) premières pensées vont aux 13 victimes, aux blessés et à leurs proches ». Aux populations endeuillées de la Casamance naturelle, Moustapha Mamba Guirassy et ses partisans ont exprimé toute leur solidarité dans cette douloureuse épreuve.

Après avoir exhorté le gouvernement à « tout mettre en œuvre pour assurer la sécurité des populations civiles », ils ont appelé toutes les forces vives de la nation, les partis politiques et les acteurs de la société civile à « consolider le consensus républicain pour un retour définitif de la paix en Casamance, seul gage de développement ».

La COJER contre la politisation du drame

La Convergence des jeunesses républicaines (Cojer) qui s’est indignée de la tuerie de 13 jeunes en Casamance, condamne « l’attitude malsaine de certains acteurs politiques de l’opposition qui n’éprouvent aucune gêne à politiser cyniquement ce drame », indique un communiqué reçu.

La Cojer a tenu à qualifier l’acte d’inacceptable et odieux, surtout en ces temps d’accalmie marqués par un appel vibrant au dialogue du Président de la République pour le retour définitif de la paix dans la partie méridionale du pays.

« La Cojer regrette et condamne également, avec la plus grande fermeté, l’attitude malsaine de certains acteurs politiques de l’opposition qui n’éprouvent aucune gêne à politiser cyniquement ce drame qui plonge notre pays dans l’émoi. En de pareilles circonstances, le Sénégal, notre patrie, a plus que jamais besoin de son unité nationale.

Nous invitons alors les uns et les autres à la retenue et au sens de la mesure », notifie-t-elle dans le document parvenu à la rédaction. Dans ces moments difficiles pour le Sénégal et de recueillement en mémoire des illustres disparus, elle dit s’associer au deuil de la nation sénégalaise et adresse ses condoléances les plus attristées aux familles éplorées.

« Cet acte intolérable contre les libertés fondamentales ne saurait rester impuni. La Cojer invite ainsi l’Etat du Sénégal à engager les poursuites nécessaires pour que les auteurs de ce crime odieux répondent de leur acte ». Par ailleurs, « la Cojer magnifie le projet de construction du siège de l’Alliance pour la République (Apr), prévu sur un terrain de 2000 m2 acquis par le parti.

Publicités

Laisser un commentaire