TV Zimbo a les jours comptés
TV Zimbo a les jours comptés

L’Union des journalistes angolais s’inquiète d’une possible ingérence dans la ligne éditoriale de TV Zimbo, du journal O País et de Rádio Mais, qui sont entrés dans la sphère de l’État. Le gouvernement promet de maintenir la pluralité.

Selon le National Asset Recovery Service, TV Zimbo, le journal O País et Rádio Mais ont été créés avec des fonds publics. C’est pourquoi, la semaine dernière, la gestion de ces organes est passée à l’État angolais, dans le cadre de la lutte en cours contre la corruption dans le pays.

Le Grupo Média Nova, titulaire de TV Zimbo, du journal O País et de Rádio Mais, appartenait à Leopoldino do Nascimento « Dino » et Hélder Vieira Dias « Kopelip », anciennes figures proches de l’ancien président José Eduardo dos Santos.

A lire aussi [🔴Live ] En Direct sur Kafunel TV – Discours de fin d'Année 2019 du Président Macky Sall

Dans un entretien accordé à DW África, Teixeira Cândido, secrétaire général du Syndicat angolais des journalistes (SJA), assure que les emplois des professionnels sont préservés. Mais il est préoccupé par une possible ingérence de l’État dans la ligne éditoriale de ces agences.

« Contrairement aux organismes publics déjà connus, la ligne éditoriale de ces organes est beaucoup plus plurielle. Au moins, cela a rendu possible des voix plus déconsorantes « , rappelle le secrétaire général de la SJA.

TV Zimbo , un cadre de la lutte en cours contre la corruption 

« Ces dernières années, les médias publics, fondamentalement depuis l’arrivée au pouvoir du président João Lourenço, ont également répété une plus grande ouverture. Il n’y a pas de comparaison, ces médias qui étaient d’abord privés, maintenant publics avaient déjà cette perspective, cette ouverture. Cette pluralité était plus grande dans ces médias », conclut l’Etat qui promet de ne pas s’immiscer dans la ligne éditoriale La semaine dernière, Manuel Homem, ministre des Télécommunications, des Technologies de l’Information et de la Communication Sociale, organisme qui protège désormais le groupe, a assuré que l’Etat ne s’immiscerait pas dans la ligne éditoriale de ces instances.

Le Secrétaire général de la SJA espère que ces organes continueront à « maintenir cette position plurielle » et exhorte les journalistes qui y travaillent à être les premiers défenseurs de la ligne éditoriale.

« Parce que l’attitude de ces organes (TV Zimbo) contribue de manière décisive à la citoyenneté. Nous espérons que cela se concrétisera et que cela se poursuivra. Nous voudrions que les journalistes de ces maisons soient les premiers défenseurs de la liberté de la presse et de la pluralité de ces organes », souligne Teixeira Cândido.

Kafunel.com | Source: DW

Laisser un commentaire