Revue de presse du 10 décembre 2019 - Le remplacement du Commissaire Central de Dakar à la Une
Revue de presse du 10 décembre 2019 - Le remplacement du Commissaire Central de Dakar à la Une

Violence dans les écoles coraniques au Sénégal. La question de la violence dans les écoles coraniques est l’un des sujets mis en relief dans la livraison de mercredi des quotidiens dont certains évoquent la mort d’un talibé (élève de l’école coranique) de 11 ans « tué à coups de gourdin ». 

« Le meurtrier est un talibé de 15 ans chargé de surveiller ses condisciples en l’absence du maître coranique », rapporte le quotidien Vox Populi, qui précise que les faits se sont déroulés à Rawdou, un village situé dans le département de Linguère (nord). 

« Encore un talibé tué au Sénégal », s’exaspère Grand Place, qui dénonce « l’impunité des maîtres coraniques tortionnaires ».

« Tous coupables ! » s’exclame Libération. Il signale que depuis 2017, « 17 talibé sont morts du fait de violence, d’actes de négligence ou de mise en danger ». 

Libération rapporte que dans le cas du drame de Rawdou, pendant que le jeune Fallou « agonisait, son bourreau, qui lui a fracassé le crâne avec un bâton, est allé tranquillement déjeuner ». 

« Un énième cas de barbarie », écrit EnQuête, ajoutant que le surveillant mis en cause « a été arrêté en même temps que le +serigne daara+ (maître coranique) ».

Violence dans les écoles coraniques

« Ils ont tous les deux bénéficié d’un retour de parquet. » 

L’Observateur met en relation ce drame avec les meurtres répétés de ces dernières semaines en interrogeant des experts pour analyser « les raisons de la violence qui sème la mort au sein de la société sénégalaise ». 

violence dans les écoles coraniques_Sénégal

D’autant que la même problématique préoccupe au sein du milieu scolaire classique, des cas de violences d’élèves contre des professeurs.

« Enseignants et élèves mettent les… poings sur les i ! » affirme Le Témoin Quotidien. 

« Les enseignants plaident pour des textes forts en leur faveur et pour leur protection », écrit le même journal, qui cite par ailleurs le psychologue Serigne Mor Mbaye : « On doit avoir un programme d’éducation des parents. » 

La visite officielle effectuée mardi au Sénégal par le président turc Recep Tayyip Erdogan est l’un des sujets en exergue dans les journaux. Lors de cette visite, le Sénégal et la Turquie ont signé « sept accords de coopération dans plusieurs domaines », selon Le Soleil. 

Les deux pays ont également fait part de leur volonté de porter à un milliard de dollars US le volume de leurs échanges, apprend-on du même journal.

« Erdogan mise sur un milliard de dollars », écrit La Tribune. « C’est la troisième visite officielle au Sénégal du président turc Recep Tayyip Erdogan. Une occasion pour [ce dernier] et son homologue sénégalais d’évaluer la coopération bilatérale entre Dakar et Ankara.

Revue de presse du 13 janvier 2020 : Le procès Lamine Diack et d'autres sujets en exergue
Revue de presse du 13 janvier 2020 : Le procès Lamine Diack et d’autres sujets en exergue

Il a été ainsi fixé un objectif d’un milliard de dollars, soit près de 600 milliards de francs CFA pour renforcer les échanges commerciaux des deux Etats », écrit le quotidien L’As. 

La société turque Tosyali va exploiter des mines de fer au Sénégal, où elle va construire une usine de fabrication de métal et de fer à béton, selon L’As. Sud Quotidien évoque le renforcement de la coopération bilatérale entre les deux pays.

A lire aussi : Un journaliste Canadien utilise son stagiaire pour faire passer 40 kg de cocaïne

« L’axe Dakar-Ankara en fast-track ! » peut-on lire sur la une de ce journal. Le journal Le Quotidien annonce une nouvelle découverte de cocaïne au port de Dakar, où « 120 kg d’une valeur de plus de neuf milliards ont été retrouvés six mois après » une autre découverte du genre « sur le même navire », le « Grande Nigeria ». 

Concernant le coronavirus, EnQuête affirme que le Sénégal « se bunkérise » en mettant sur pied un dispositif de détection précoce installé à l’aéroport international Blaise-Diagne de Diass, au port de Dakar et dans les postes frontaliers.

Laisser un commentaire